La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Ineffable de Jann Gallois

Ineffable de Jann Gallois - Critique sortie Danse Paris Théâtre National de la Danse de Chaillot
Jann Gallois interprète Ineffable © Laurent Philippe

Théâtre National de la Danse de Chaillot / Chor. Jann Gallois
Critique

Publié le 18 août 2021 - N° 291

Entre musique et danse, Jann Gallois renoue avec le solo et nous emporte dans une quête spirituelle.

La pénombre laisse deviner sur une estrade de nombreux instruments : didgeridoo, cor, carillon, console électro et wadaiko, qui sont d’impressionnantes percussions traditionnelles japonaises. Assise, Jann Gallois tourne le dos au public. Lorsqu’elle déplie sa frêle silhouette, c’est pour frapper avec force et maîtrise le monumental tambour qui vibre alors d’un son d’une dense gravité. Puis, sereine et concentrée, elle slalome entre les divers instruments, joue de chacun d’entre eux, les unit de boucles électro. On découvre alors la Jann Gallois musicienne, celle qui fréquentait assidument le conservatoire avant d’envoyer valdinguer le violon ou le basson, happée par les sirènes du hip hop au détour du Forum des Halles. Après un noir profond, la revoilà dansant avec maestria et une jubilation sereine sur sa composition.

De multiples talents

Dans Ineffable, la talentueuse chorégraphe nous propose de la suivre dans une quête spirituelle qui est universelle en ce qu’elle mêle toutes les cultures. Aux percussions japonaises succèdent harmonieusement des musiques sacrées : bouddhistes, soufies ou catholiques. Fusionnant techniques hip hop et mudras indiens, elle crée une nouvelle grammaire du corps qui prouve une fois encore son inventivité et son art du mouvement, trouvant en elle-même une interprète toujours remarquable. Toutefois, si on la suit avec bonheur dans la majeure partie de ce voyage, cette nouvelle pièce pêche en partie par un excès d’idées. Un prêche quelque peu bavard comme une scène d’envol qui rompt avec l’esthétique de l’ensemble ternissent légèrement le plaisir de la traversée. Primée dès sa première création, très vite soutenue par le Théâtre de Chaillot et la Fondation BNP Paribas, aujourd’hui présentée à Montpellier danse, le parcours de Jann Gallois est si fulgurant qu’on en oublierait presque qu’elle reste une jeune chorégraphe. À suivre quoi qu’il en soit avec un intérêt toujours grandissant puisqu’elle entame avec Ineffable un nouveau cycle de créations que l’on imagine déjà passionnant.

 

Delphine Baffour

A propos de l'événement

Ineffable
du Mercredi 22 septembre 2021 au Jeudi 30 septembre 2021
Théâtre National de la Danse de Chaillot
1 place du Trocadéro, 75016 Paris

Les 22, 24, 25, 28, 29 septembre et le 1er octobre à 19h30, les 23 et 30 septembre à 20h30.


Tél. 01 53 65 30 00. Durée : 1h.


Vu lors de sa création à l’Agora dans le cadre du festival Montpellier Danse.


 


Également le 8 octobre à Châteauvallon-Liberté, Ollioules, le 10 décembre à la Scène nationale du Sud-Aquitain, Bayonne, les 18 et 19 janvier au festival Suresnes Cités Danse, les 2 et 3 mars à La Filature, Mulhouse, les 22 et 23 mars au Théâtre de Beauvaisis, Beauvais, les 5 et 6 avril au TSQY, Saint-Quentin-en-Yvelines, le 10 mai au Théâtre Paul Éluard, Bezons, le 20 mai au Théâtre de Châtillon, le 24 mai au Théâtre du Champs de Foire, Saint-André-de-Cubzac.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse