La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Place au cirque ! 2019

L’homme canon de Rémi Luchez

L’homme canon de Rémi Luchez - Critique sortie  Lille Le Prato
© VHC Rémi Luchez et son air de ne pas y toucher.

Le Monfort / CiRCa / Le Prato

Publié le 25 septembre 2019

Ne vous fiez pas au titre : c’est l’unique mise en garde à faire aux spectateurs avant de savourer pleinement L’Homme canon, qui déploie un univers physique et mental cocasse le plus sérieusement du monde.

A-t-on jamais vu homme-canon aussi statique, et défiant le danger à seulement quelques centimètres du sol, le tout dans la boîte noire du théâtre ? Pour bien entrer dans la proposition de Rémi Luchez, il faut d’abord sortir : sortir des attendus formulés par le titre, sortir de l’image fantasmée et mythique de l’acrobate qui s’envoie en l’air, sortir de ses propres conceptions du risque et du danger. La figure de l’homme-canon a marqué les arts du cirque de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos imaginaires actuels, faisant de la propulsion, de l’envol et de l’atterrissage de nouveaux défis pour le cirque. Mais de ça – autant le dire sans rien gâcher – Rémi Luchez se moque complètement. Son spectacle est une mise en scène d’une tout autre conception du cirque et du lien à la gravité, porté par des situations d’une simplicité extrême, mais d’une extrême difficulté. C’est dans une concentration sans faille qu’il se lance par exemple dans un empilement de briques au-dessus de son crâne, qui, une à une et dans une lenteur glaçante, redéfinissent la notion d’équilibre précaire, et les contours de ce que peut être un exploit. Idem quand il entreprend l’ascension du gradin, escaladant le public coiffé d’un grand pot en terre cuite qui menace de se renverser à tout instant. Le tout, constamment, dans une forme de détachement, un air de ne pas y toucher qui l’éloigne de tout affect.

Un contrepoint musical qui tombe juste

Il y a une forme de folie dans son univers, et dans l’enfermement mental qui semble le contraindre. En témoigne la séquence aussi drôle qu’haletante où, en équilibre, il s’évertue à saboter ce qui constitue son support et le tient debout, la chute en ligne de mire. Dans cette ode au dérisoire, à tout ce qui peut paraître vain, Rémi Luchez explore avec sobriété le futile sans pour autant le rendre stérile. Il tord le temps, joue sur les nerfs, sur la patience mais aussi l’endurance du spectateur, autant que sur la sienne. Et la véritable plus-value du spectacle réside dans sa collaboration avec la chanteuse et musicienne Lola Calvet, qui agit comme un véritable contrepoint à sa présence. Assise à l’avant-scène, dans un espace tout à elle mais tout aussi précaire que drôle, elle offre, à travers ses chansons allant de la ballade irlandaise à un tube de Britney Spears, une belle respiration.

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

L’homme canon de Rémi Luchez
du Samedi 5 octobre 2019 au Samedi 5 octobre 2019
Le Prato
6 allée de la filature, 59000 Lille

à 18h à la Ferme Bocquiau à Hambourdin. Tél. : 03 20 52 71 24. Le Monfort, 106 rue Brancion, 75015 Paris. Le 11 octobre 2019 à 10h et 19h30, dans le cadre du festival La Grande Echelle. Tél. : 01 56 08 33 88. Festival CIRCa, allée des arts, 32000 Auch. Le 24 octobre 2019 à 18h et le 25 à 14h30. Tél. : 05 62 61 65 00. Spectacle vu à Avignon dans le cadre d’Occitanie fait son cirque en Avignon.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant