La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La musique Baroque en France

La « success story » de l’ensemble Matheus

Le réveil du Concert Français

Après quelques années d’interruption, l’ensemble fondé en 1985 par Pierre Hantaï revient insuffler sa fraîcheur sur la scène baroque.

Publié le 10 juillet 2008

La « success story » de l’ensemble Matheus

Le très dynamique Jean-Christophe Spinosi a acquis, par ses enregistrements d’opéras de Vivaldi la réputation d’excellent chef lyrique baroque. Son ensemble Matheus a cependant bien d’autres qualités.

À l’origine de l’ensemble fondé par Jean-Christophe Spinosi, un quatuor qui, pour s’affranchir des limites du répertoire, adopte les instruments de l’époque des œuvres abordées. « C’est une manière d’être indépendant, d’aller au bout de chaque répertoire » souligne Jean-Christophe Spinosi, qui précise que l’ensemble qu’est devenu Matheus n’est pas spécialisé, « ni dans le baroque, ni dans le lyrique, ni dans la musique italienne, même si on en joue beaucoup ». Le malentendu vient peut-être du succès même que Matheus a rencontré avec ses enregistrements d’opéras de Vivaldi : La Verita in cimento, Griselda, La fida ninfa, Orlando furioso. « Le lyrique est une de mes passions. Même dans les musiques instrumentales, même dans les quatuors, j’ai toujours souligné le caractère opératique – la musique en plus des passions humaines. Au moment où l’orchestre se lançait, on redécouvrait les opéras de Vivaldi, des dizaines d’œuvres encore vierges d’interprétation. Le succès, je ne me l’explique pas vraiment. Sans doute, cela tient à la langue de Vivaldi qui en quelques notes crée des thèmes qui vont rester à vie dans l’oreille de l’auditeur, comme Mozart ou Rossini. En plus, Vivaldi répond à l’attente du public, habitué au style italien depuis longtemps. Mais je ne voudrais pas que Vivaldi soit pour nous l’arbre qui cache la forêt. Nous avons toujours fait d’autres répertoires et j’ai bien d’autres projets avec Matheus ou comme chef invité ».

Résidence à Brest

Redécouvreur des joyaux vivaldiens, Jean-Christophe Spinosi et son ensemble se sont illustrés récemment dans Rossini avec la mise à l’affiche au Théâtre du Châtelet – et depuis peu en DVD chez Naïve – de La Pietra del paragone. « C’est évidemment un plaisir de découvrir ce genre de “pierre rare” mais mon but n’est pas d’œuvrer pour la sauvegarde du patrimoine. Simplement, j’ai plaisir à jouer une œuvre géniale que l’on n’a pas dans l’oreille. C’est un plaisir particulier : on reconnaît la manière de l’auteur mais on est encore surpris ; on reconnaît le paysage mais pas la route ».
En résidence au Quartz de Brest, son lieu d’origine, l’ensemble Matheus est depuis deux ans présent chaque saison au Châtelet avec au moins une production lyrique. La prochaine ne devrait laisser aucun doute sur la variété du répertoire de Matheus puisqu’il s’agit de Véronique de Messager (en janvier), qu’auront précédé douze représentations d’Alcina de Haendel au Palais Garnier, puis en tournée à Vienne et Aix en Provence. « Les saisons qui viennent, avec La Flûte enchantée au Châtelet ou Cosi fan tutte au Théâtre des Champs-Élysées vont peut-être donner au public une visibilité plus grande sur la totalité du travail que fait l’ensemble, du xviiie siècle à aujourd’hui ».
J.-G. Lebrun

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant