La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La saison classique en France

Fêter Berlioz

Fêter Berlioz - Critique sortie
Créìdit photo de Bruno Messina : Gilles Swierc

Publié le 2 octobre 2009

« Près de 200 bénévoles participent à cette aventure au mois d’août. »

Quelle est la « marque de fabrique » de votre Festival ?
Bruno Messina : C’est de fêter Berlioz où il est né et a grandi, à la Côte-Saint-André, en Isère. Et de profiter de chaque lieu de cette douce plaine de la Bièvre, dont il parle joliment dans ses Mémoires, pour donner à entendre Berlioz (si souvent mal compris)… C’est de retrouver l’artiste et son œuvre, ses amis, son époque, mais aussi ses inspirateurs, sa postérité – jusqu’à nos jours, tant la modernité de Berlioz n’a pas fini de nous surprendre, de nous apprendre. C’est un festival populaire et exigeant à la fois, présentant de multiples formes en divers lieux : du jardin de la maison familiale (pour décliner avec humour le Traité d’instrumentation) à la cour du Château Louis XI (pour les grands concerts symphoniques), en passant par les églises, les rues, la superbe halle médiévale… Près de 200 bénévoles participent à cette aventure au mois d’août !
 
Quels sont vos projets pour la prochaine édition ?
B.M. :Développer les moments de fête, les rendez-vous gratuits, toutes les formes permises à partir du « rhizome » Berlioz. Ne pas trancher entre les (instruments) anciens et modernes et nous réjouir de la diversité des grains, des couleurs, des interprétations. Donner une place à la création et voir ce que serait le programme d’une Fantastique aujourd’hui. Continuer de parier sur le talent de jeunes solistes et de jeunes orchestres comme les Siècles de François-Xavier Roth. Prétexter les anniversaires de Schumann et Chopin pour entendre un peu plus de piano. Trouver une place pour Shakespeare (que Berlioz adorait) avec la complicité de Jean-Louis Martinelli. Offrir les œuvres de Berlioz follement difficiles et rarement jouées. Rêver de Béatrice et Bénédict avec les Musiciens du Louvre-Grenoble et le maestro Minkowski.
 
Quel rôle jouent selon vous les festivals dans la vie musicale française ?
B.M. : Un rôle essentiel, assurément. Bien sûr, certains permettent l’audace, d’autres non, et on ne saurait tous les juger de la même façon. Mais tous participent à souffler sur la flamme du spectacle vivant, à rencontrer, développer et renouveler le public, à faire vivre la musique (quand ce n’est pas aussi le lieu où ils se trouvent : voyez combien le Festival Berlioz fait pour l’image et la vie de ce petit bourg de la Côte-Saint-André !). Qu’ils soient tranquilles, pépères, guindés ou qu’ils se battent, bougeant les lignes, refaisant le monde, populaires et savants à la fois comme nous les préférons, tous ont le mérite de porter la musique là où elle ne serait pas sinon.
 
Comment voyez-vous l’évolution des festivals de musique dans les prochaines années ?
B.M. : « Vous composerez vos programmes, vous désignerez les jours de répétition ; s’il nous manque certains artistes spéciaux dont le concours soit nécessaire, faites-les venir, promettez-leur de ma part ce qu’ils demanderont, j’ai confiance en vous, je ne me mêlerai de rien… que de payer ! »« Ô mon roi ! », s’écria Berlioz éperdu en entendant ces sublimes paroles. « Quoi ! il y a un souverain capable de cela ? Quoi ! vous me laisserez faire ? Vous choisissez un musicien pour diriger une institution musicale, une entreprise musicale, une fête musicale ! Vous abandonnez les errements de toute l’Europe ! Vous ne prenez pas pour directeur de concerts un capitaine de vaisseau, un colonel de cavalerie, un avocat, un orfèvre ? Voilà le renversement des usages les plus sacrés. Vous êtes un ultra-romantique, on va crier haro ! sur vous. On cassera vos vitres ! » […] « N’importe », lui répliqua-t-on, « dût le concert européen en être bouleversé, j’y suis résolu, c’est entendu ! Je compte sur vous. »
 
Propos recueillis par A. Pecqueur

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant