La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La musique Baroque en France

Entretien Jean-Yves Tanguy / L’archetier du tout-baroque

Entretien Jean-Yves Tanguy /
L’archetier du tout-baroque - Critique sortie
Légende : Différents archets baroques de Jean-Yves Tanguy. Mention : DR

Publié le 10 juillet 2008

Entretien Jean-Yves Tanguy /
L’archetier du tout-baroque

La Normandie est la région des Arts Florissants. C’est aussi celle de l’atelier de lutherie et d’archèterie de Jean-Yves Tanguy. Fort d’une collaboration étroite et durable avec de nombreux instrumentistes tels que les membres de la formation de William Christie ou Christophe Coin, Manfredo Kramer et Ophélie Gaillard, cet artisan s’est spécialisé dans la réalisation d’archets baroques et classiques.

Quelles sont les différences entre un archet baroque et un archet moderne ‘
 
Jean-Yves Tanguy : Il y a trois variables principales : le bois, la longueur et le cambre, c’est-à-dire la manière dont l’archet est cambré. Pour vous donner un exemple, l’archet moderne est courbé comme un arc à l’envers alors qu’au XVIe siècle il a une forme d’arc concave. Ce sont les besoins musicaux qui déterminent ces changements : on passe d’une musique de danse – qui demande précision, articulation et rapidité – au répertoire de la sonate. Là, le chant devient beaucoup plus important : l’archet a besoin d’avoir une certaine tenue et doit pouvoir transmettre des expressions variées.
 
Comment fabriquer un archet authentiquement d’époque ‘
 
J.-Y. T : Nos sources sont très limitées. Il faut savoir qu’il y a très peu d’originaux conservés. En outre, les textes sur le sujet sont rares. Il nous reste l’iconographie : je travaille notamment sur des croquis d’anciennes méthodes de violon ou sur des tableaux d’époque. À l’image de ce que les musiciens font sur les partitions, il y a beaucoup à faire en organologie. Nous nous devons de répondre aux besoins musicologiques des instrumentistes.
 
Comment trouver le juste équilibre entre authenticité et performance ‘
 
J.-Y. T : L’archet est un outil de travail : les interprètes ont bien sûr besoin de quelque chose de fiable. Mais j’essaye de ne pas faire de compromis. Les musiciens que je côtoie me le permettent car ils sont eux-mêmes en perpétuelle recherche.
 
Propos recueillis par A. Helmbacher

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant