La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Le Cirque contemporain en France

Ecriture du cirque et espace public : un défi à relever

Ecriture du cirque et espace public : un défi à relever - Critique sortie
Crédit : Vincent Muteau Légende : Jean-Marie Songy dirige Furies, le festival de cirque et de théâtre de rue de Châlons-en-Champagne.

Cirque et espace public

Publié le 11 novembre 2014

Depuis vingt-cinq ans, le Festival de théâtre de rue et de cirque Furies investit les espaces publics de Châlons-en-Champagne. Jean-Marie Songy, directeur de Furies, considère que l’écriture du cirque n’est pas encor pensée pour l’espace public. 

« On en est encore aux balbutiements d’une écriture spécifique du cirque pour l’espace public. »

« C’est étonnant de voir qu’historiquement, le théâtre est sorti de ses cadres dans les années 60-70, alors que le cirque a plutôt eu tendance à opérer le chemin inverse et à vouloir exister à l’intérieur. Dans cet espèce d’aller-retour générant de multiples croisements, le théâtre de rue a ensuite ré-ouvert des espaces possibles officiels, et l’on a vu le retour des saltimbanques, qui ont œuvré dans des petits chapiteaux puis assez rapidement  ont proposé des petites formes assez efficaces dans l’espace public. Aujourd’hui, beaucoup d’artistes de cirque ont été formés, mais étant donné le manque de propositions pour intégrer des cirques solides, ils ont eu la volonté d’être plutôt autonomes et de produire de petits spectacles de rue. Mais les artistes de cirque ne sont pas formés pour la rue, et très peu utilisent vraiment l’espace public comme support. Cela commence à changer, on le voit dans des représentations à ciel ouvert avec XY, la Grosse B ou le collectif de La Bascule.

Aménagement culturel

Il s’agit aussi de vivre son art dans une économie un peu plus familiale qui se rapprocherait du cirque manouche et, comme les événements de rue se sont petit à petit intéressés au cirque, une économie s’est créée. C’est financièrement rentable, et pour les organisateurs cela représente quelque chose d’assez efficace : on crée un grand cercle, on est globalement dans des écritures familiales, rigolotes, qui ne déstabilisent pas complètement le regard populaire qui peut exister dans la rue, avec des notes contemporaines à certains endroits. C’est un vrai débouché pour l’aménagement culturel du territoire, mais ce n’est pas là le lieu des expériences esthétiques. On en est encore aux balbutiements d’une écriture spécifique du cirque pour l’espace public, qui demeure marginale.  A Furies, avec le CNAC, j’essaye chaque année de déclencher une expérience dans ce sens, afin que la discipline cirque s’emploie à créer spécifiquement pour l’espace public. »

 

Propos recueillis par Nathalie Yokel

 

Festival Furies, chaque année en juin à Châlons-en-Champagne. Tél : 03 26 65 90 06.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant