La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

La musique contemporaine dans tous ses états

Chœurs et création : une synergie

Chœurs et création : une synergie - Critique sortie
Légende : Solistes XXI, ensemble vocal fondé et dirigé par Rachid Safir. © Xavier Zimbardo

Publié le 17 novembre 2013

Si la France s’est peu à peu dotée d’ensembles instrumentaux à même d’interpréter les nouveaux styles musicaux apparus depuis les lendemains de la Seconde Guerre mondiale, le répertoire vocal contemporain a davantage tardé à se trouver ses défenseurs. Panorama actuel des forces en présence.

Les avant-gardes musicales des années 1950 ont parfois cherché à faire de la voix chantée un instrument comme un autre. Il en a résulté que la voix, comme l’instrument, s’est individualisée, y compris au sein du chœur. Cette mutation a ouvert la voie à des ensembles vocaux composés de solistes, comme une alternative aux grands chœurs. Le Groupe vocal de France, fondé en 1976, fait figure de précurseur et devient vite le partenaire des ensembles instrumentaux spécialisés comme L’Itinéraire, l’Ensemble intercontemporain ou 2e2m. C’est cependant au cours des années 1980 que l’éclosion de nombreux ensembles vocaux destinant une part importante de leur activité à la création va bouleverser la scène vocale française. À Lyon, Bernard Tétu décline rapidement le chœur de l’Orchestre national de Lyon, qu’il a fondé en 1979, en ensembles à géométrie variable ; les Solistes de Lyon-Bernard Tétu ont depuis à leur actif de nombreuses créations, en particulier à la faveur d’une belle collaboration avec le compositeur Philippe Hersant. Véritable terre de chœurs, la région Rhône-Alpes a depuis vu naître de nombreux ensembles, tels le Chœur Britten (fondé en 1981) ou Calliope, dirigé depuis 2000 par Régine Théodoresco   : deux chœurs de femmes qui défendent le répertoire vocal des XXe et XXIe siècles.

Identités fortes

Dès leur fondation par Rachid Safir en 1988, Les Jeunes Solistes, devenus Les Solistes XXI, revendiquent une identité forte qui repose notamment sur un travail conjoint sur les répertoires du Moyen-Âge et de la Renaissance d’une part, et sur la création contemporaine d’autre part. Naissent alors des œuvres emblématiques comme les Dix-huit madrigaux de Philippe Fénelon ou les Lamentations de Klaus Huber dialoguant avec les Répons de Gesualdo, jusqu’aux Litanies pour Ronchamp de Gilbert Amy, récemment enregistrées (disque Soupir). De même, le chœur Accentus, fondé en 1992 par Laurence Equilbey, elle-même inspirée par l’enseignement du maître suédois Eric Ericson, s’est immédiatement imposé comme un acteur majeur de la création musicale, même si son répertoire s’étend bien au-delà. En résidence à l’Opéra de Rouen depuis 1998, Accentus s’est souvent illustré sur les scènes lyriques (créations d’opéras de Pascal Dusapin ou Matthias Pintscher). Aujourd’hui, de nombreux ensembles contribuent au dynamisme du répertoire vocal contemporain, comme le Jeune Chœur de Paris, Sequenza 9.3, Les Cris de Paris (fondé par Geoffroy Jourdain en 1999), De Caelis (qui couvre un répertoire du XIe au XXIe siècle) ou le chœur Les Éléments, référence pour la création contemporaine autant que pour les relectures de Bach ou Monteverdi.

 

J.-G. Lebrun

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant