La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Hoptimum

Hoptimum - Critique sortie Danse
Légende : Nhiêu mat, de Raphael Hillebrand et Sébastien Ramirez. Photographie : Chân Nguyên Duy

Publié le 10 mars 2011 - N° 187

Des recherches novatrices et rigoureuses, des objectifs ambitieux, une énergie à déplacer les montagnes : la culture hip-hop irrigue la Seine-et-Marne durant tout le mois de mars.

Spectacles et concerts, mais aussi stages et ateliers, concours, rencontres, expositions… Le festival Hoptimum met à l’honneur le hip-hop sous tous ses aspects : loin d’être cantonné à une « sous-culture » poliment tolérée, il dynamise ici la programmation culturelle du département, avec un ensemble de propositions artistiques d’une grande qualité. Cette année, le festival s’ouvre au graff (l’art du graffiti, importé des Etats-Unis dans les années 1980), avec une exposition, une battle (compétition selon des règles du jeu dévoilées le jour J), et deux jams (séances de création collective) : ces temps forts sont placés sous l’égide d’Acme et Eco, deux graffeurs brésiliens inconnus du grand public mais internationalement célébrés dans le milieu hip-hop…

De la Seine-et-Marne à l’Asie, l’Afrique et l’Amérique

Le break, versant chorégraphique du hip-hop, occupe évidemment une place de choix dans ce programme ambitieux, avec un concours ouvert aux professionnels et aux amateurs (le 6 mars à Champagne-sur-Seine), un bal animé par les compagnies du festival et les associations de danse locales (le 26 mars à Villeparisis), et de nombreux spectacles. Le festival s’ouvre avec le regard cru et engagé que la compagnie Phase T pose sur le monde d’aujourd’hui (Globe Trop tard, le 4 mars à Meaux). Au cours d’une battle, le 6 mars, la même compagnie affrontera Fantastik Armada – autre groupe de breakeurs, originaire lui aussi de Seine-et-Marne, qui présentera également Show et sa création 2011, La main et l’homme (le 13 mars à Mitry-Mory, le 23 à Thorigny-sur-Marne). Le 17 mars à Coulommiers, une soirée hors du commun sera présentée : Sébastien Ramirez et Raphael Hillebrand ont créé Nhiêu mat à Hanoï, avec neuf danseurs issus de trois groupes de hip-hop vietnamiens, une instrumentiste à cordes et un percussionniste. « Nhiêu mat » signifie « visages » : les deux chorégraphes aspirent à nous laisser découvrir et interroger les visages des interprètes, comme autant de témoignages quant à leurs désirs, leur conception du monde, leur positionnement dans le monde. Collectivement, ils dessinent aussi le visage d’une jeune génération vietnamienne, à la fois surprenante et très proche de nous. Hoptimum est également l’occasion de voir ou revoir Konexion, fruit de la rencontre entre la compagnie française Wanted Posse et Indigene Dance Academy, école de danse sud-africaine, implantée dans le township de Soweto : le break rencontre ainsi la danse pantsula, expression revendicative née durant l’apartheid (le 12 mars à Bailly-Romainvilliers). Le hip-hop devient ainsi un outil d’ouverture à l’autre, et de rencontre entre les cultures.

Marie Chavanieux


Hoptimum, du 4 au 26 mars 2011, dans quatorze villes de Seine-et-Marne. Festival organisé par Act’Art : tél. 01 64 83 03 30 ; www.actart77.com

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse