La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

g r oo v e, l’épopée haletante de Soa Ratsifandrihana

g r oo v e, l’épopée haletante de Soa Ratsifandrihana - Critique sortie Danse Pantin CND Centre national de la danse
Lara Gasparotto - Soa Ratsifandrihana compose son premier projet solo, g r oo v e.

CND / Rencontres chorégraphiques internationales / Soa Ratsifandrihana

Publié le 4 mai 2022 - N° 299

Soa Ratsifandrihana, reconnue au sein de la compagnie d’Anne Teresa de Keersmaeker puis plus récemment, de Boris Charmatz, compose son premier solo nommé g r oo v e. Une épopée impulsive et puissante à la recherche de ce qui fait sens dans l’acte dansé.

C’est dans une petite salle carrée du sous-sol de la Fondation Cartier que nous prenons place pour g r oo v e. Le dispositif, quadri frontal, la jauge, très limitée. La proximité inhérente au projet exhorte les spectateurs à retenir leur respiration pour entendre celle de la danseuse. Sur le sol bétonné, Soa Ratsifandrihana s’invite dans une semi-obscurité. En silence, elle le cherche. Elle le visualise, tente de l’attraper. Quoi, qui ? Son groove. Depuis les années 30, s’il a perdu son usage issu du jazz et des disques, son essence est restée intacte : la recherche d’une souplesse rythmique, le balancement, la temporalité. Une relation à saisir entre corps et musicalité, résultat d’un habile travail des sensations. C’est dans cette quête que nous sommes conviés.

De la quête au duel, il n’y a que quelques pas

Grosses épaulettes en mousse, Soa se mue en super-héroïne. Ses enchaînements se répètent, face après face, découvrant la gestuelle sous tous les angles, possibilité offerte par le généreux quadri-frontal. Au fil de l’épopée, la bande sonore composée par Sylvain Darrifourcq et Alban Murenzi déploie sonneries, souffles, bugs. Perturbations du rythme. Soa compose avec peine. Frustration – pour elle comme pour nous. Se distingue cependant une détermination absolue, révélant une volonté de domination et donnant à la danseuse l’élan de laisser peu à peu la bande sonore l’habiter. Elle l’anticipe même, par moments. La danse devient électrique, impulsive. Un duel se crée alors entre elle et les sons. Cette ascension vers la cohabitation tant recherchée finit par atteindre une apogée stimulant l’ouïe et la vue, offrant un plaisir presque physique. On se demande si ce n’est pas finalement Soa qui impose à la musique de la suivre. Au terme d’une performance haletante, elle finit par quitter le plateau dans l’obscurité. On ne vous dira pas qui a gagné.

Louise Chevillard

A propos de l'événement

g r oo v e
du lundi 13 juin 2022 au mardi 14 juin 2022
CND Centre national de la danse
1 Rue Victor Hugo, 93507 Pantin.

dans le cadre des Rencontres Chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis et de Camping. À 19h30. Durée : 45min. Tel : 01 55 82 08 01.


Puis en tournée au Festival DeSingel à Anvers le 25 juin, au Festival Actoral à Marseille les 20 et 21 septembre 2022, aux Petites Scènes Ouvertes au Creusot le 19 octobre 2022.


Spectacle vu le 2 mai à la Fondation Cartier


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse