La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -192-tnt

VIEUX CARRE

VIEUX CARRE - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 novembre 2011

AVEC VIEUX CARRE, THE WOOSTER GROUP REVIENT SUR LES DEBUTS CHAOTIQUES ET PARFOIS SORDIDES DE TENNESSEE WILLIAMS DANS UNE PENSION FAMILIALE DU QUARTIER FRANÇAIS DE LA NOUVELLE-ORLEANS.

Basé dans son Performing Garage du quartier Soho à New York, The Wooster Group élabore depuis 1975 un théâtre expérimental qui ouvre bien des voies esthétiques, notamment dans l’utilisation sur le plateau des technologies de l’image et du son. Mais The Wooster Group constitue aussi un excellent creuset d’acteurs. Sous la direction d’Elisabeth le Compte, il propose de revisiter des classiques dans des versions véritablement décapantes. Classique, Tennessee Williams l’est, bien sûr, mais son œuvre tardive – Vieux Carré – peu appréciée par la critique, a été très peu représentée. L’auteur l’écrit en 1979. Il y revient sur ses débuts d’écrivain mais aussi, avec la nouvelle liberté qu’offre l’époque, sur son éveil à l’homosexualité. Dans un immeuble peuplé de solitudes, à la fin des années 30, un narrateur nommé l’Ecrivain côtoie un vieux peintre tuberculeux gay, une infirmière, un racoleur de boîte à striptease et un photographe suspecté d’organiser des orgies.

Une souffrance partagée que nourrit la misère sociale
Tout ce beau monde se cherche, s’espionne, se traque, essaie de tirer profit de l’autre, dans des relations qui laissent toute leur place aux pulsions, mais peu de place à l’échange. Du sexe, il y en a, cru, exhibé, tendu à la lisière des slips. Mais rien n’est gratuit. Sous le regard de l’Ecrivain, qui se remémore cette époque de sa vie autant qu’il nourrit ici les futurs personnages de son œuvre, les destinées superposées, entremêlées, entrechoquées, ouvrent petit à petit sur un univers dont la cohérence se fonde sur une souffrance partagée que nourrit la misère sociale. Inspiré de l’esthétique débauchée des films improvisés de Paul Morrissey et des fantômes du théâtre No, ce Vieux Carré est une vraie leçon de théâtre.

é
ric Demey


Vieux Carré, d’après Tennessee Williams,
mise en scène d’Elisabeth Le Compte.
Du 22 au 26 novembre 2011.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre