La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -274-20e Grand Prix lycéen des compositeurs

Six figures, six mondes offerts à la curiosité et au vote des lycéens.

Six figures, six mondes offerts à la curiosité et au vote des lycéens. - Critique sortie Classique / Opéra
Les compositeurs en lice. © F. Souloy, Manu Theobald/Ernst von Siemens Music Foundation, Karel Steiner, Anka, Vahan Mardirossian, C. Daguet / Henry Lemoine.

Publié le 19 février 2019 - N° 274

À travers les six compositeurs en lice, c’est un panorama de la création contemporaine qui est offert à la curiosité et au vote des lycéens.

La musique n’est jamais une réponse uniforme au désir de création, les compositeurs ont toujours fait feu de tout bois – quitte à explorer quelque forêt lointaine – pour faire entendre leur propre musique. Diversité des formes, des formats, des rythmes, des couleurs : le compositeur se doit d’être libre et se défier des styles hégémoniques. Miroir de la création musicale, la sélection d’œuvres concourant pour le Grand Prix Lycéen des Compositeurs se déploie du solo au grand orchestre, de l’intime à l’exubérant. Jules Matton, le plus jeune des candidats (31 ans), assume regarder vers une forme ancienne (le trio) pour y déverser un lyrisme à mi-chemin du post-romantisme russe et du minimalisme états-unien. Gérard Pesson (né en 1958) est sans doute le plus chevronné des six ; déjà candidat par deux fois au GPLC (en 2003 et 2010), il a récemment reçu le Prix du Président de la République de l’Académie Charles Cros. Sa Carmagnole virtuose et inventive regarde aussi vers le passé, mais pour en capter tout l’esprit en un clin d’œil. Toujours au jeu du regard de biais, Kryštof Mařatka (né en 1972) convoque quant à lui des instruments traditionnels tchèques et moraves dans Báchorky.

Miroir de la création

Avec les cinq mouvements dramatiques pour grand orchestre de Introduction à Iðavöllr, David Hudry (né en 1972) se plonge dans les épopées nordiques, à la suite de Wagner ou Sibelius mais avec une écriture qui tient compte des recherches sonores du 20e siècle. Patrick Burgan (né en 1960) s’en tient au chœur a cappella pour mettre en musique, dans Les Spirituelles, onze femmes poètes de la Grèce ancienne à nos jours, servies par une écriture pleine d’émotion et de mystère. Et puisqu’il est question des femmes – et au moment où le Centre de documentation de la musique contemporaine et les éditions MF publient l’ouvrage collectif Compositrices, l’égalité en acte –, on soulignera la présence dans la sélection de la Suite pour violoncelle de Florentine Mulsant (née en 1962). À ce jour, cinq compositrices ont participé au GPLC (dont Florentine Mulsant en 2008) ; deux l’ont remporté : Sophie Lacaze en 2009 et Kaija Saariaho en 2013.

 

Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement



Grand Prix lycéen des compositeurs, organisé par Musique nouvelle en liberté


https://www.gplc.musiquenouvelleenliberte.org/edition/2019/


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra