La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -274-20e Grand Prix lycéen des compositeurs

Estelle Lowry, déléguée générale de Musique Nouvelle en Liberté, accorde une attention considérable au Grand Prix.

Estelle Lowry, déléguée générale de Musique Nouvelle en Liberté, accorde une attention considérable au Grand Prix. - Critique sortie Classique / Opéra
Estelle Lowry DR

Entretien Estelle Lowry

Publié le 19 février 2019 - N° 274

Quelle place occupe le GPLC dans l’activité de Musique Nouvelle en Liberté ?

Estelle Lowry : Le GPLC, c’est 13 % du budget total de Musique Nouvelle en Liberté et environ 20% du travail de l’équipe permanente lui est consacré. C’est un travail de longue haleine, depuis la veille sur la production discographique jusqu’à l’organisation de la Journée nationale en passant par l’engagement des compositeurs et les échanges avec les enseignants et les établissements scolaires. Le GPLC est une importante vitrine de notre activité, un moment qui rend visible notre mission : faire connaître les compositeurs et la musique d’aujourd’hui, tant par les institutions que par le grand public.

« Un moment qui rend visible notre mission : faire connaître les compositeurs et la musique d’aujourd’hui. »

Comment le GPLC change-t-il le rapport des jeunes à la musique d’aujourd’hui ?

E. L.: Il est toujours délicat de savoir précisément l’impact que le GPLC a sur les élèves. Ce qui ressort, c’est que les rencontres avec les compositeurs peuvent être marquantes et que, pour beaucoup, la Journée nationale est l’occasion de découvrir l’orchestre symphonique. Nous avons commencé à ouvrir progressivement le GPLC à des élèves de filières différentes, qui ne préparent pas l’option musique. Cela nous confronte à une autre curiosité et doit nous amener à faire évoluer nos outils pédagogiques.

Comment, après vingt éditions, le GPLC peut-il se renouveler ?

E. L.: D’abord, nous devons continuer à développer notre présence à l’échelle de tout le territoire. Cette année, ce sont 98 lycées qui participent au GPLC et nous organisons 65 rencontres avec les compositeurs. La Journée nationale au cours de laquelle est dévoilé le lauréat reste un moment fort, le point final de toute une année de travail. Jusqu’à maintenant, les institutions culturelles parisiennes nous avaient toujours accueillis, mais dès l’an prochain l’événement sera décentralisé. Toujours en 2020, nous organiserons notre première Journée régionale de rencontres, à laquelle participeront les six compositeurs en lice et les lycées de la région Hauts-de-France, qui ont toujours été très présents dans l’histoire du GPLC.

 

Propos recueillis par Jean-Guillaume Lebrun

A propos de l'événement

Estelle Lowry, déléguée générale de Musique Nouvelle en Liberté, accorde une attention considérable au Grand Prix.


Grand Prix lycéen des compositeurs, organisé par Musique nouvelle en liberté


https://www.gplc.musiquenouvelleenliberte.org/edition/2019/


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra