La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -181-gemeaux

SCEAUX JAZZ : UNE SAISON DE HAUT VOL

SCEAUX JAZZ : UNE SAISON DE HAUT VOL - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 10 octobre 2010

POUR SA NOUVELLE SAISON, LES GEMEAUX CONCOCTENT UNE PROGRAMMATION JAZZ QUI PEUT SE LIRE EN (COUPS) DOUBLES. EXPLICATION.

Huit concerts de jazz. Et autant de manière de faire raisonner cette musique au présent des subjectifs. Tout d’abord, deux « nouvelles stars », qui se sont illustrées à la télé. Avant les grand-messes cathodiques, André Manoukian était pianiste et arrangeur, une activité où il persiste et signe. Pour preuve son récent « So In Love » où il convie de jeunes chanteurs à en passer par des standards composés pour l’éternité. Il en convoque trois, dont sa « protégée » Malia, accompagnés par une rythmique experte. (Le 1er octobre 2010) « Dédé la science » partageait les plateaux télé de M6 avec le batteur percussionniste Manu Katché, avant que ce dernier ne parte sur Arte créer l’émission musicale « One Shot Not ». Ce qui ne l’empêche pas de continuer sa carrière, aux baguettes d’un « Third Round », son troisième album sur ECM qu’il vient défendre en quartet (le 1er mars 2011). Ensuite, deux orfèvres qui ont débarqué il y a des lustres à Paris , avec dans leur bagages tout le lustre de leur tradition. D’un côté, l’Italien Aldo Romano, batteur esthète et amateur du bel canto, revient avec « Origine » sur le lyrisme ensoleillé qui l’habite, un hymne poétique où il est accompagné d’autres transalpins, à commencer par les frères Belmondo et toute leur équipe, présents sur scène (le 20 octobre 2010). De l’autre, le pianiste Mario Canonge personnage axial du swing caribéen qui s’est illustré avec un opus intitulé « Rhizome », où il célèbre à sa manière la vision du monde selon le philosophe Edouard Glissant. Résultat, un jazz ouvert à l’altérité, sujet à la « diversalité », qui trouve un écho dans son trio (les 14 et 15 janvier 2011).

Les cadets du jazz
 
Après les aînés, place aux cadets. Certains déjà bel et bien reconnus, d’autres plus ou moins inconnus. Dans la première catégorie, deux perles du jazz hexagonal : le Moutin Réunion Quartet, une histoire de famille, avec François à la contrebasse et Louis à la batterie. Entourée des fidèles Pierre De Bethmann aux claviers et Rick Margitza au saxophone, la fratrie porte haut les couleurs d’un jazz pluriel, tout à la fois sensuel et charnel (les 4 et 5 février 2011). Ce sont pareilles qualités qui caractérisent le pianiste Eric Leginni, qui a conclu avec « Trippin’ » un triptyque dédié à l’art du trio, où le groove des sixties irrigue en des boucles analogiques le terreau fertile de ce jazz des plus actuels. Pour ces deux concerts (le 31 mars et le 1er avril 2011), les trois compères seront rejoints par une miss soul, Krystle Warren. Enfin, le programme ne sera pas tout à fait complet sans les futures étoiles de la galaxie jazz. En l’espèce, le Portico Quartet, soit quatre Londoniens qui se la jouent post jazz, tendance ethnique. A la clef une bande-son aux limites de toutes les musiques, aussi bien inspirées par leur transe atmosphérique que par le rock tellurique, entre autres (les 8 et 9 décembre 2010). Last but not least, la saison se terminera avec les vainqueurs du concours 2010 de Jazz à La Défense, le surprenant quartet baptisé Irène, avec saxophones et électroniques (le 29 avril 2011).

Jacques Denis



Théâtre des Gémeaux, Scène nationale,
49 avenue Georges-Clémenceau, 92330 Sceaux.
Tél. 01 46 61 36 67.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques