La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -160-pepiniere

Propos recueillis Laure Duthilleul

Propos recueillis Laure Duthilleul - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 septembre 2008

Europeana :Penser pour être vivant

Laure Duthilleul signe l’adaptation et la mise en scène d’Europeana. Un geste de théâtre qu’elle envisage avant tout comme un acte d’artiste citoyenne.

« Après avoir lu Europeana, j’ai eu envie de faire entendre cette parole en la portant sur scène. Bien sûr, adapter le texte de Patrick Ourednik au théâtre est une entreprise qui relève du pari quasi impossible, car il s’agit d’une œuvre tellement dense qu’il serait utopique de vouloir transmettre l’intégralité de son propos. Je me suis donc attachée à traduire les choses qui m’ont le plus touchée, le plus intéressée. Ceci à travers la présence de deux comédiens qui renvoient déjà, dans leur propre corps, un écho de ce que dit Europeana. Jonathan Manzambi et Sharif Andoura prennent ainsi en charge le texte par le biais de deux personnages : Mister A, d’origine zaïroise, et Mister B, qui vient du Moyen-Orient. Un peu comme si deux conférenciers, en se lançant dans un travail fou de la mémoire, nous faisaient traverser l’histoire du XXème siècle dans une urgence de dire, et de dire autrement. Ces deux personnages dialoguent entre eux mais aussi avec les spectateurs, à qui ils s’adressent directement. En établissant cette dimension participative, Mister A et Mister B oublient toute idée de quatrième mur.
 
Un travail de la mémoire
 
Europeana est comme un reflet entre deux siècles qui se suivent, le XXIème et le XXème. Un reflet qui nous confronte à un constat terrible : l’histoire se reproduit sans arrêt. D’une certaine façon, j’ai envie de dire que ce texte est d’abord fait pour être lu dans son coin. C’est pour cela que, pour le donner à entendre au théâtre, j’ai voulu créer une représentation ludique, très vivante, afin d’enclencher un processus de pensée fondé sur un autre mode que la lecture. J’ai envie que ce spectacle creuse une forme de relativité des choses, une forme d’humour par rapport à la vie et au monde. Car, l’ouvrage de Patrick Ourednik exprime des incertitudes, il ne donne aucune réponse péremptoire. Mon travail sur ce texte rejoint vraiment le geste d’une artiste citoyenne qui souhaite opposer l’acte de penser à celui de consommer. Ce spectacle est, pour moi, une invitation à la pensée et à la vie. Il est urgent de penser, urgent de partager ; soyons vivants malgré tout ce qui se passe et ce qui nous entoure : voilà ce que dit Europeana. »
 
Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat


A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre