La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -216-Colloque national Théâtre 95 / Cergy-Pontoise

Propos recueillis / Hélène Balazard

Propos recueillis / Hélène Balazard - Critique sortie Théâtre

Publié le 23 décembre 2013 - N° 216

London Citizens 

Chercheuse en science politique, Hélène Balazard a effectué sa thèse de doctorat sur un cas de community organizing (auto-organisation citoyenne) : les London Citizens, organisation créée en 1996 et exemple de démocratie participative. 

« Les London Citizens forment “l’alliance la plus grande et la plus diversifiée de la capitale (ndlr, britannique) qui regroupe des citoyens actifs et des leaders d’institutions locales s’engageant à travailler ensemble pour le bien commun”. Cette association réunit plus de 230 groupes adhérents (associations cultuelles, établissements scolaires, branches syndicales et autres associations). Afin d’être en mesure de faire rendre des comptes aux responsables politiques, elle refuse en principe tout argent public et se dit non partisane. Fondée en 1940, à Chicago, l’Industrial Areas Foundation (IAF – à laquelle est affiliée Citizens UK, organisation nationale comprenant London Citizens) vise à encadrer la création de communautés, généralement à l’échelle d’une ville, regroupant différentes associations sur son territoire. Ces structures locales fédérées au sein de l’IAF ont pour objectif d’organiser des citoyens afin qu’ils agissent dans la vie publique de leurs quartiers et soient capables de défier, via des actions collectives, les détenteurs des pouvoirs locaux, publics comme privés.

Les unités de base du politique

Les London Citizens abordent des questions de logement, de salaires, d’emploi, de sécurité… Encadrés et formés par des community organizers, les habitants façonnent leur propre agenda. De telles communautés, dans une approche tocquevillienne de la démocratie, sont les unités de base du politique. Elles constituent le premier stade de l’engagement citoyen. Le community organizing propose de partir de l’engagement communautaire pour tisser un engagement plus large dans la vie de la cité. Mon hypothèse est que la discrimination de certaines communautés, déguisée en France par le refus du communautarisme, est en fait un facteur de repli communautaire et de non participation politique au sens large. En reconnaissant diverses communautés, le community organizing permet de mobiliser leurs membres et de les engager dans ses actions, notamment en créant des relations avec d’autres communautés. »

 

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

 

Colloque national du 7 décembre 2013. Théâtre 95, Allée du Théâtre, 95 Cergy-Pontoise. 
Tél : 01 30 38 11 99.  

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre