La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -232-Centre des Monuments Nationaux

Où chaque souffle danse nos mémoires

Où chaque souffle danse nos mémoires - Critique sortie Danse Paris Centre des Monuments Nationaux
Crédit : Bernard Duret Légende : Thomas Lebrun se frotte à la majesté de lieux chargés d’histoires.

Château d’Azay-le-Rideau / Palais Jacques Cœur / Château de Châteaudun / Entretien Thomas Lebrun

Publié le 20 avril 2015 - N° 232

Après le Cloître des Carmes lors du dernier Festival d’Avignon, Thomas Lebrun confronte à nouveau son écriture à la majesté d’un lieu, en cherchant l’équilibre subtil entre un cadre formel et l’inspiration venue des pierres, du vent, ou des histoires qui le peuplent.

En quoi consiste ce projet avec lequel vous investissez des châteaux ?

Thomas Lebrun : Il y a quelques années, j’avais déjà investi plusieurs salles du château de Pierrefonds, avec des performances, une Soirée What you want ? et un bal. C’était amusant, mais aujourd’hui il s’agit d’une véritable création autour de trois châteaux, initiée par le Centre des Monuments Nationaux. Je vais travailler à partir de partitions écrites, pour pouvoir les transposer et les adapter selon le lieu. Parmi les douze danseurs, trois prendront en charge des moments d’improvisation, des instantanés, selon les possibilités avec les espaces, jardins, cours…

« Une promenade dans le lieu, en lien ou en contrepoint à son histoire. »

Quelles sont les matières ou les sources qui inspirent les moments d’écriture ?

T. L. : Musicalement, je me fonde sur diverses partitions, depuis l’époque où le lieu a été bâti jusqu’à des musiques contemporaines. Au niveau de la composition, des formes courtes pourront être répétées plusieurs fois dans la soirée, répondant à différents espaces. Il y aura une proposition chorégraphique pour chambre, car c’est une pièce que l’on va retrouver dans les trois châteaux. Nous mettons en œuvre une promenade dans le lieu, en lien ou en contrepoint à son histoire. Par exemple à Châteaudun, il y a deux petites chapelles, pour lesquelles je m’inspirerai de musiques et de chants religieux de l’époque. Il s’agit de s’inscrire dans des espaces spécifiques  à travers une partition, sans rester seulement sur l’époque du château, mais en explorant aussi ce qu’il a traversé.

Qu’est-ce que cela soulève pour vous dans la relation à l’espace, au public, ou au spectaculaire ?

T. L. : La relation au public est beaucoup plus proche que dans une salle de spectacle frontale. C’est aussi un public différent, qui vient pour le lieu patrimonial, ce qui implique l’approche de nouveaux spectateurs. Les contraintes sont autres, nous devons réussir à habiter un lieu étranger. Je vais construire quelque chose qui prenne en compte les trois lieux et qui demandera une adaptation à faire sur place, en  s’appuyant sur la réactivité et la liberté des interprètes. Contrairement à une pièce sur un plateau, nous nous confrontons à un enjeu de construction et de cohérence par rapport au lieu.

 

Propos recueillis par Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Château d’Azay-le-Rideau
du Vendredi 11 septembre 2015 au Mardi 15 septembre 2015
Centre des Monuments Nationaux
Hôtel de Sully, 62 Rue Saint-Antoine, 75004 Paris, France

Château d’Azay-le-Rideau, 37190 Azay-le-Rideau. Le 11 septembre 2015. Tél. : 02 47 45 42 04.

Palais Jacques Cœur, 18000 Bourges. Le 13 septembre 2015. Tél. : 02 48 24 79 42. Château de Châteaudun, 28200 Châteaudun. Le 15 septembre 2015. Tél. : 02 37 94 02 90.


Tél : 01 44 61 21 50. www.monuments-nationaux.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse