La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -180-sartrouville

Odyssées 2011 : Biennale tout public de création internationale

Odyssées 2011 : Biennale tout public de création internationale - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 septembre 2010

Sept créations par des artistes de divers continents essaiment sur tout le territoire des Yvelines, en collaboration avec le Conseil général : un événement remarquable par son exigence artistique et par la politique de décentralisation mise en œuvre.

Unique dans le paysage théâtral français, cette biennale de création tout public, destinée aux enfants, mais aussi aux adolescents, constitue désormais une véritable marque de fabrique du Théâtre de Sartrouville et des Yvelines. D’une grande exigence artistique et d’une créativité à la fois expérimentale et populaire, le festival met en oeuvre une vaste décentralisation. La manifestation essaime dans tout le département et orchestre la rencontre entre un théâtre d’art innovant et les publics, en impliquant de multiples acteurs culturels. Cette année, trois grandes formes côtoient quatre formes itinérantes prévues pour être jouées dans les collèges, lycées, et autres petits lieux. La Biennale 2011 se caractérise par une dimension internationale, une programmation de haute volée où résonnent les voix de divers continents comme autant d’échos du monde inédits et stimulants, appelés à ouvrir l’imaginaire et la réflexion.
Pouvoir consolateur de l’imaginaire
Le chilien Jaime Lorca adapte librement Benito Cereno (dès 6 ans) d’Herman Melville, qui raconte la mutinerie d’esclaves sénégalais à bord d’un navire espagnol commandé par le capitaine Benito Cereno. Fondateur de la compagnie La Troppa, qui se distingue par une remarquable utilisation des objets et marionnettes, Jaime Lorca explore ici le thème du racisme à travers le périple d’un enfant blanc, descendant de l’unique survivant de la tragique rébellion des noirs. Célie Pauthe met en scène Train de nuit pour Bolina (dès 9 ans) de Nilo Cruz, né à Cuba puis installé aux Etats-Unis, une œuvre exaltant le puissant pouvoir consolateur de l’imaginaire. Deux enfants, Matéo et Clara, se réfugient dans le cimetière de leur village, où les morts deviennent leurs compagnons de jeu, pour échapper à l’oppression imposée par les adultes, et pour oublier la misère. Oriza Hirata crée La Nuit du train de la Voie lactée (dès 6 ans) d’après Kenji Miyazawa (1896-1933), écrivain et poète majeur au Japon. Ce conte philosophique célèbre, au style limpide et concis, fait vivre deux écoliers en partance pour un voyage fabuleux entre rêve et réalité, et explore le thème si humain de l’aspiration au bonheur.
Interrogations sur l’identité
Ecrit par le jeune auteur togolais Rodrigue Norma, VENAVI ou Pourquoi ma sœur ne va pas bien (dès 6 ans) s’articule autour des personnages de deux faux jumeaux, Akouélé et Akouété, fille et garçon, et du thème de la perte d’un être chéri. Le jeune garçon décède, et sa sœur l’attend pendant des années. Olivier Letellier met en scène cette délicate aventure avec le comédien-marionnettiste Athanase Kabré. Je suis une bulle (dès 6 ans) de l’auteur et metteur en scène suédoise Malin Axelsson interroge ce que grandir veut dire. La transformation de l’être et du corps ainsi que la construction de l’identité ont ici des allures ludiques soulignées par la mise en scène de Pauline Bureau. Comme Zoom de Gilles Granouillet lors de l’édition précédente, De la Salive comme oxygène (dès 13 ans) de Pauline Sales, mis en scène par l’artiste algérien Kheireddine Lardjam, a été répété et finalisé au fil d’une résidence de création en collège. Le collège Louis-Pergaud de Maurepas a accompagné le processus de création sur deux années. La pièce interroge le rapport à la réalité et fait vivre un garçon qui se raconte des histoires pour se sentir vivant. A portée de crachat (dès 14 ans) de l’auteur, metteur en scène et acteur Taher Najib, né en Galilée, a été créé en hébreu et en arabe. Le monologue dévoile ironiquement les tribulations d’un acteur palestinien confronté à des images de lui-même – guerrier arabe ou terroriste – qui lui sont étrangères. Laurent Fréchuret, qui avait créé avec Dorothée Zumstein Harry et Sam en 2009, signe la mise en scène. Une Biennale foisonnante célébrant l’art comme oxygène de nos vies !

Agnès Santi


Odyssées 2011, biennale de création tout public, du 25 janvier au 2 avril 2011.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre