La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -179-chaillot

DOMINIQUE HERVIEU

DOMINIQUE HERVIEU - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 juin 2010

POUR UNE STIMULATION INTELLECTUELLE, ESTHETIQUE ET CRITIQUE

DIRECTRICE DEPUIS JUIN 2008 DU THEATRE DE CHAILLOT AVEC JOSE MONTALVO, DOMINIQUE HERVIEU S’EMPLOIE A METTRE EN VALEUR DIVERS TEMPS FORTS, ET A APPROFONDIR LE LIEN AVEC LE PUBLIC.

« Nous accueillons des formes qui témoignent d’une vraie porosité entre le théâtre et la danse. » Dominique Hervieu
 
Comment se porte Chaillot, et quelles sont les projections pour la saison prochaine ?
Dominique Hervieu : Je suis vraiment très heureuse de l’adhésion du public. Cette année nous avons une fréquentation moyenne de l’ordre de 80 %, ce qui est une progression d’à peu près 20 % par rapport à l’année 2007-2008. Pour la première saison que j’ai signée, l’intérêt était d’aller vite et de mettre en place des moments festivaliers car je voulais qu’une identité forte singularise Chaillot : Anticodes, autour des formes expérimentales, que nous développons la saison prochaine sur deux semaines au lieu de quatre jours. Le festival hip hop se déploie aussi quinze jours avec une création maison et sept artistes différents pendant quinze jours. Et le flamenco revient au mois de juin. Les temps forts sont des moments très puissants, très fédérateurs, où l’on peut débattre, croiser un public très investi. Cela créé une sorte de stimulation intellectuelle, esthétique et critique. Nous proposons aussi des immersions dans une histoire chorégraphique comme nous l’avons fait avec Carolyn Carlson et Trisha Brown. Je pense que c’est la mission d’un théâtre national de promouvoir des grands repères du patrimoine vivant de la danse. La saison prochaine Alain Platel nous permettra de réfléchir à la notion de travail collectif, en partenariat avec le Centre National de la Danse.
 
Après la thématique du merveilleux, qu’avez-vous choisi comme fil rouge pour cette nouvelle saison ?
D. H. : Nous avons exploré la thématique du savant et du populaire, qui montre que la modernité a deux facettes : d’une part l’engouement pour le neuf, pour l’invention, et d’autre part la recherche sur les modèles, les traditions et les savoirs centenaires, à l’origine de toute innovation. Beaucoup de choses mises de côté à un moment donné, comme la virtuosité ou le spectaculaire, peuvent revenir, en étant réévaluées, réinventées, reconsidérées. Cette question du savant et du populaire a aussi à voir avec l’appropriation de l’art par le plus grand nombre, et y compris avec le plaisir de danser. Nous menons avec le CND une réflexion autour du bal, et des bals thématiques auront lieu à Chaillot. Par ailleurs, nous accueillons des formes qui témoignent d’une vraie porosité entre le théâtre et la danse. Wajdi Mouawad, Jan Fabre, Alain Platel ou Fabrice Thibaud par exemple travaillent sur un rapport très fort entre le corps et l’expression.

Propos recueillis par Nathalie Yokel

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre