La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -155-remouleurs

Notre regard sur…

Notre regard sur… - Critique sortie Théâtre
photo : Machina Memorialis

Publié le 10 février 2008

Machina Memorialis, un concert à regarder

Au centre du spectacle, comme un cœur qui bat, un quatuor à cordes aux sonorités intemporelles. Et tout autour, insaisissable, la Machina Memorialis déploie son fascinant ballet d’ombres et de lumières… Tableaux visuels, merveilleux et ludiques pour une douce et troublante remontée du temps en images filmées, projetées, reflétées, voilées, recomposées, fractionnées, rêvées, oubliées ou réinventées. Bienvenue dans la ronde sans fin d’une petite musique obsédante de souvenirs-lumières inscrits dans les miroitements post-impressionnistes d’une bande sonore qui guide nos pas dans les entrelacs de la mémoire intime. Sans nostalgie mais plein de cette émotion incisive et inextinguible de l’enfance, le spectacle remonte le temps, comme on remonte le ressort d’une boîte à musique animant une petite danseuse projetant son image à l’infini dans un carrousel de miroirs. Et par la grâce du spectacle, c’est nous qui sommes là, au centre du plateau, tournant sur nous-mêmes, et retrouvant soudain en Super 8 notre enfance-scopitone qui défile et défie nos existences. Un spectacle onirique, essentiel, sensible, simple et beau.
Jean-Luc Caradec


Du 16 février au 2 mars à 20 h (sauf dimanche à 16h et lundi à 19 h, relâche les mercredis) au Théâtre du Chaudron/La Cartoucherie (Route du Champs de manœuvre – 75012 Paris). Tél. 01 43 28 97 04. Places : 15 €.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre