La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -171-lille

Macbeth : un époustouflant apprentissage de l’empathie

Macbeth : un époustouflant apprentissage de l’empathie - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 octobre 2009

Declan Donnellan s’attaque à Macbeth et dissèque le processus de culpabilité qui assaille les criminels. Une culpabilité à laquelle les spectateurs prennent part grâce à l’art inouï de Shakespeare… et à celui du metteur en scène.

Les mises en scène de Declan Donnellan s’appuient sur une théâtralité et une direction d’acteurs limpides, à la fois audacieuses et rigoureuses, qui découlent d’une lecture personnelle et mûrement réfléchie des pièces. Après Cymbeline et Troïlus et Cressida, Declan Donnellan s’attaque à Macbeth, sa “pièce préférée“, une œuvre phare du génial William, “stupéfiant concentré d’imagination“ à l’intrigue remarquablement ciselée, où le crime du vieux roi par le fidèle Macbeth et son épouse dans l’acte Un laisse ensuite place aux affres de la culpabilité et aux tourments de consciences déchirées. Selon le metteur en scène, qui réfute l’idée qu’un être humain puisse être mauvais, le plus important dans la pièce n’est absolument pas le crime, en tant que démonstration du mal que l’homme est capable de commettre, mais bien la façon dont les criminels, Macbeth et Lady Macbeth, voient, comprennent et réalisent petit à petit ce qu’ils ont fait. Un processus éprouvant… Le théâtre est ici apprentissage de l’empathie, car les spectateurs ressentent ce que cela signifierait de prendre consciencedu meurtre. « Nous prenons part à leur culpabilité, bien que temporairement et au théâtre, à l’intérieur d’un cadre collectif fondé sur l’illusion. (…) Même si les crimes sont horribles, nous éprouvons tout de même de la pitié pour le pécheur. Cela ne vend pas de journaux, mais c’est de l’art explosif. » dit Declan Donnellan. Et c’est à travers la qualité de l’imagination des Macbeth, inventée par Shakespeare, que le public peut véritablement ressentir cette terrifiante culpabilité. Un sommet de l’art dramaturgique, que le metteur en scène éclaire de façon à la fois percutante et émouvante. L’artistique et l’humain ici indissociablement liés résonnent comme une incontestable promesse de grand théâtre !
Agnès Santi  


Macbeth de William Shakespeare, mise en scène Declan Donnellan. Spectacle en anglais surtitré. Du 19 au 22 mai 2010.
 

Théâtre du Nord, 4 place du Général de Gaulle à Lille, et Théâtre de l’Idéal, 19, rue des Champs à Tourcoing. Tél : 03 20 14 24 24.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre