La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -259-ARTCENA ~ Centre national des arts du cirque

L’Odeur des arbres

L’Odeur des arbres - Critique sortie Théâtre Paris ARTCENA - Centre national des arts du cirque - de la rue et du théâtre.
Koffi Kwahulé : © DR

Entretien / Koffi Kwahulé

Publié le 19 octobre 2017 - N° 259

Auteur d’une trentaine de pièces, Koffi Kwahulé est consacré pour L’Odeur des arbres (Editions Théâtrales). Un texte d’une grande puissance sur le thème du retour.

Quelle place occupe L’Odeur des arbres au sein de votre œuvre ?

Koffi Kwahulé : Chacune de mes pièces est un bilan de ce qui précède, des intuitions inabouties que j’ai pu avoir par le passé. J’essaie ainsi d’aller toujours un peu plus loin. L’Odeur des arbres est comme un condensé de mon travail. J’écris des pièces structurées comme des partitions de musique, des partitions de jazz. J’en écris d’autres beaucoup plus narratives. L’Odeur des arbres se situe à mi-chemin entre ces deux pans de mon écriture.

« Je cherche à fabriquer des mouvements, des élans qui nous traversent. »

Comment est née l’histoire de cette femme de retour dans son village natal, en Afrique ?

K. K. : Elle est née à l’occasion d’un atelier d’écriture que j’ai moi-même dirigé en Afrique, alors que je n’y étais pas retourné depuis 14 ans. J’ai été saisi par des choses que j’avais oubliées, mais aussi par des sensations nouvelles, réalisant soudain à quel point j’étais déplacé. J’ai donc fait cette expérience, qui est l’expérience que fait Shaïne dans la pièce : avoir le sentiment, soudain, de ne plus être de là. Après 21 ans d’absence, Shaïne revient dans son village avec un autre rythme, un autre corps : un corps qui n’arrive plus à trouver sa place dans cet espace.

Vous dites que, pour vous, écrire, c’est fabriquer de l’énergie. Qu’entendez-vous par là ?

K. K. : Je veux dire que, lorsque j’écris, je cherche à fabriquer des mouvements, des élans qui nous traversent tout en portant un texte. C’est un travail sur les mots, sur les phrases, pour que naisse une énergie qui fait se mouvoir différemment les corps : quels qu’ils soient et d’où qu’ils viennent.

 

Entretien réalisé par M. P. S.

A propos de l'événement

L’Odeur des arbres
ARTCENA - Centre national des arts du cirque - de la rue et du théâtre.
68 Rue de la Folie Méricourt, 75011 Paris, France

Tél. 01 55 28 10 10.


www.artcena.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

[sibwp_form id=1]

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre