La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -202-Théâtre du Nord

Les figures fascinantes de la monstruosité

Les figures fascinantes de la monstruosité - Critique sortie Théâtre Lille Théâtre du Nord
Crédit photo : Anne Gayan

La Vie est un rêve / de Pedro Calderón de la Barca / mes Jacques Vincey

Publié le 1 octobre 2012 - N° 202

Jacques Vincey crée La Vie est un rêve, de Calderón. Une nouvelle occasion, pour le metteur en scène associé au Théâtre du Nord, d’envisager le rapport à la monstruosité.

« Lancer des ponts entre la pièce et notre imaginaire d’aujourd’hui. »

Quel mouvement vous a mené jusqu’au théâtre de Calderón ?

Jacques Vincey : Mettre en scène La Vie est un rêve est comme un défi que je me suis lancé à moi-même. Il s’agit d’une pièce-monstre, une pièce foisonnante, d’une richesse débordante, qui mêle baroque, comédie, tragédie, qui trace un parcours allant de l’intime au politique, en passant par l’allégorie sacrée. Pour cette nouvelle création, je vais aborder des plateaux plus grands, je vais être amené à faire des choses que je n’avais encore jamais faites, à me confronter à une forme d’inconnu pour me hisser à la hauteur de cette pièce. Calderón décline les figures fascinantes de la monstruosité : personnages mi-hommes, mi-femmes, mi-anges, mi-bêtes. Au fil des trois journées qui composent la pièce, on passe d’un chaos cauchemardesque à un ordre possédant la beauté et la fragilité des rêves.

Qu’est-ce qui vous lie aussi profondément à ce thème de la monstruosité ?

J. V. : Les questionnements existentiels qu’il sous-tend. Nous devons tous, chacun pour soi, mener un combat entre ce que nous sommes intimement et le monde qui nous entoure, un combat contre les forces extérieures qui menacent de nous engloutir, de nous anéantir… Ce combat amène le personnage de Sigismond à réaliser un parcours atypique : de l’ombre vers la lumière, de la passion vers la raison, de l’animalité vers l’humanité.

A travers quel prisme esthétique avez-vous choisi d’investir cette pièce ?

J. V. : Comme toujours, je ne souhaite pas me situer dans la reconstitution historique. L’actualisation contemporaine ne m’intéresse pas non plus. Ce que j’essaie de faire, c’est de lancer des ponts entre la pièce et notre imaginaire d’aujourd’hui, c’est de faire entendre les échos contemporains capables d’activer les sens du texte dans le monde dans lequel nous vivons. J’explore, une fois de plus, les rapports entre le rêve et la réalité, entre la virtualité et le concret. C’est le principe du grand théâtre du monde : se servir de la représentation pour mieux saisir ce que l’on est, pour mettre en évidence tout ce que cette représentation peut avoir d’illusoire et de trompeur.

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

La Vie est un rêve
du Jeudi 15 novembre 2012 au Samedi 1 décembre 2012
Théâtre du Nord
4, place du Général de Gaulle, BP 32, 59026 Lille cedex
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre