La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -268-ThéâtredelaCité ~ CDN Toulouse Occitanie

Les artistes au cœur de la vie du théâtre

Les artistes au cœur de la vie du théâtre - Critique sortie Théâtre Toulouse ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
(©Tsvetelina Belutova) : Galin Stoev, nouveau directeur du CDN de Toulouse Occitanie.

Entretien / Galin Stoev

Accompagnement sur mesure des créateurs, renforcement des partenariats locaux, création d’une Biennale internationale des arts vivants… :  Galin Stoev donne un nouveau souffle au Centre Dramatique National de Toulouse.

Quel projet vous a porté à la tête du ThéâtredelaCité ?

Galin Stoev : Un projet qui tend à réaffirmer l’idée qu’un CDN doit avant tout être un lieu de création et de recherche permettant aux artistes d’inventer les langages théâtraux de demain. Ce qui revient à faire du partage de l’outil le point de départ de la vie du théâtre. Tous les créateurs n’ayant pas les mêmes envies et les mêmes besoins, j’ai imaginé un dispositif d’aide et d’accompagnement sur mesure que j’ai appelé l’inCUBateur créatif.

En quoi consiste ce dispositif ?

G. S. : D’abord, nous avons transformé notre petite salle – qui s’appelle à présent le CUB – en espace dédié à la recherche, à la création et à la présentation de spectacles conçus par les artistes en résidence. Leur seule obligation est de partager, à un moment ou un autre, leur travail avec le public. Cela, afin de nouer une autre relation avec lui, de l’amener à découvrir, en plus des spectacles achevés, les étapes d’un processus de création. Ensuite, nous avons fait le choix de supprimer tous les bureaux situés au troisième étage du Théâtre afin de construire huit logements dans lesquels seront hébergés les créateurs en résidence. Les artistes seront ainsi présents au sein même du théâtre de façon quasi permanente.

Vous avez également souhaité renforcer le partenariat avec les autres institutions artistiques de la métropole toulousaine…

G. S. : Se forger une identité à travers la confrontation, voire la concurrence, est une conception d’un autre temps. Nous avons souhaité renverser cette logique verticale pour nous inscrire dans une démarche horizontale et transparente. Ce qui veut dire s’ouvrir à l’autre (ndlr, le Théâtre Sorano, le Ballet du Capitole, le Théâtre Garonne, l’Usine, La Cinémathèque de Toulouse, La Place de la Danse…) en créant des partenariats et en s’adressant à des publics qui, peut-être, sont intimidés par l’institution que représente un CDN. L’idée est de faire en sorte que le théâtre devienne un lieu de vie non seulement pour les artistes, mais aussi pour les publics. Nous avons donc transformé notre foyer pour qu’il devienne un lieu ouvert, au quotidien, avec un restaurant, un bar, un espace de travail partagé, des ateliers, des expositions…

« J’ai souhaité proposer une saison 2018/2019 qui raconte l’être humain à travers tous ses aspects et ses paradoxes. »

Quelle tonalité avez-vous donnée à cette programmation 2018/2019 ?

G. S. : J’ai souhaité proposer une saison 2018/2019 pleine de contrastes qui raconte l’être humain à travers tous ses aspects et ses paradoxes. Nous accueillerons des artistes aussi différents que Maguy Marin, Wajdi Mouawad, Marie Rémond, Sylvain Creuzevault, Denis Podalydès, Cyril Teste, Anne-Cécile Vandalem, Sébastien Bournac…

Vous avez également impulsé la création d’une Biennale internationale des arts vivants intitulée Je(u) T’M

G. S. : Oui, sa première édition aura lieu à l’automne 2019. Elle sera pilotée par le ThéâtredelaCité et construite en collaboration avec nos partenaires de la métropole. Ce projet vise à présenter aux spectateurs et aux professionnels des artistes étrangers mal connus en France. Durant deux semaines, Toulouse sera ainsi le lieu d’une grande ébullition artistique.

Après Danse Delhi, présenté la saison dernière au public toulousain, vous créez cette année un nouveau texte d’Ivan Viripaev, Insoutenables longues étreintes. Qu’est-ce qui vous lie à cet auteur ?

G. S. : J’aime sa façon de dépasser le cadre général du nihilisme dans lequel nous baignons. Et pourtant, Ivan Viripaev travaille sur les désillusions, le vide, le désespoir… Mais il le fait avec la volonté de voir ce qu’il y a de l’autre côté du néant. Insoutenables longues étreintes est le voyage initiatique de quatre trentenaires naviguant entre quête effrénée de plaisir et quête de sens. Cette pièce renvoie aux questions que nous nous posons sans toujours parvenir à y répondre.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Insoutenables longues étreintes
du Mardi 4 décembre 2018 au Vendredi 21 décembre 2018
ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
1 rue Pierre-Baudis, 3100 Toulouse.

Tél. : 05 34 45 05 05. www.theatre-cite.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre