La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -247-LE TRAIN THÉÂTRE ~ SAISON 2016/2017

Le Train Théâtre, lieu de permanence artistique

Le Train Théâtre, lieu de permanence artistique - Critique sortie Jazz / Musiques
Légende : Luc Sotiras, directeur du Train Théâtre. Crédit : Enjoy! Magazine

Publié le 23 septembre 2016 - N° 247

A la tête du Train Théâtre, Luc Sotiras porte le projet d’un lieu dédié en grande partie à la chanson, accueillant les artistes avec une exigence amoureuse, pour un soir ou pour de longues résidences. Entretien avec un opiniâtre tranquille, pour qui les engagements humains priment sur l’air du temps.

Il n’est pas rare de voir revenir au Train Théâtre des artistes d’une saison à l’autre. Dans une actualité culturelle toujours en quête de nouveautés, pourquoi, et comment tenir une telle fidélité ?

Luc Sotiras : Je veux installer une forme de permanence artistique en réinvitant certains interprètes au fil des ans. A quelques années d’intervalle, un artiste de chanson aura nécessairement changé. Changé formellement, et musicalement : ses textes seront inscrits dans un autre rapport au temps, à la société, en lien à ses propres crises ou ses joies. C’est une évidence et un engagement de ne pas aborder la chanson comme une suite de modes éphémères, de ne pas répondre au jeunisme voulu par l’industrie de la musique. La volonté de faire connaître des jeunes artistes ne doit pas être prise comme une course au scoop, par l’espoir de dénicher quelqu’un avant tout le monde… D’ailleurs, j’ai renoncé à espérer découvrir tout ce qui sort. Programmer, c’est renoncer !

« L’artiste a plus d’importance que la discipline qu’il défend. »

Avez-vous l’impression que vos goûts, votre ligne de programmation changent?

L. S. : Peut-être y a-t-il des changements imperceptibles mais les choix sont toujours réfléchis. Je suis plutôt des artistes qui explorent de nouveaux territoires : des gens comme Kery James, Emily Loizeau, Florent Marchet et Arnaud Cathrine qui s’ouvrent à des voies inédites. On s’aventure dans le champ de la création, il y a toujours des prises de risque. Il est d’ailleurs absurde de parler d’innovation musicale, l’art est par définition innovant. L’idée n’est pas d’innover, mais d’avancer avec les artistes, de s’inscrire dans leurs projets. L’artiste a plus d’importance que la discipline qu’il défend.

Vous permettez chaque saison à plusieurs artistes de travailler en résidence au Train Théâtre pour créer, construire, achever un spectacle.

L. S. : A l’heure où les festivals ont d’énormes plans de feux avec projecteurs automatisés, au niveau scénographie c’est souvent vide. Il faut absolument faire évoluer la chanson vers un vrai travail scénique, permettre aux artistes de travailler leur spectacle au moins autant qu’ils travaillent leur musique. Cette année, nous accueillerons près de dix projets en résidence, de Nevché à Zaza Fournier, ou encore Jean-Louis Trintignant et Piazzola. C’est un travail de confiance et de bienveillance : on n’est pas sur leur dos, on n’a rien à exiger d’eux. Pour créer, il faut du temps, celui de se tromper, de prendre en compte, de faire marche arrière. Les artistes intègrent des dispositifs de plusieurs semaines pour pouvoir écrire, explorer, parfaire, se dédier au projet artistique en étant dégagés de tout souci du quotidien. Une vraie mise au vert.

Propos recueillis par Vanessa Fara

 

Le Train Théâtre,

1 rue Louis Aragon, 26800 Portes-lès-Valence

Scène conventionnée chanson / Scène régionale

Equipement de Valence Romans Sud Rhône-Alpes

Tél : 04 75 57 14 55. www.train-theatre.fr

A propos de l'événement


1 Rue Louis Aragon, 26800 Portes-lès-Valence, France
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques