La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -199-Chaillot, saison 2012/2013

LE QUEBEC A CHAILLOT

LE QUEBEC A CHAILLOT - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 juin 2012

Metteurs en scène et chorégraphes québécois font escale à Paris et montrent toute la diversité des talents de cette scène décidément foisonnante.

Ilot francophone niché dans les terres nord-américaines, le Québec est aussi un territoire de danse, où sont nées quelques-unes des aventures chorégraphiques les plus novatrices des années 70 qui se retrouvèrent dans le Groupe Nouvelle Aire. Parmi ses membres, qui comptent entre autres Edouard Lock, Daniel Léveillé ou Louise Lecavalier, Paul-André Fortier a tracé le sillon d’une théâtralité chorégraphique en prise avec le monde. Dans Solo 30×30 (2006), l’artiste s’immerge au cœur de la ville où il inscrit sa danse minimale, 30 minutes durant 30 jours, comme un rendez-vous quotidien bravant les aléas et les circulations affairées de l’espace urbain. Issue également de ce groupe, Ginette Laurin pousse le mouvement jusqu’au vertige, mariant performance physique et technologies numériques pour explorer les replis de l’intime.
 
Des spectacles hybrides
Khaos plonge dans le tumulte de notre époque et cherche à « saisir le chaos, en jouer et en jouir, le déjouer » à travers le déferlement frénétique des corps sous écoute. Brouillant les lisières entre le réel et le virtuel par la magie du multimédia, Michel Lemieux et Victor Pilon troublent les habitudes du regard et livrent leur vision du conte La Belle et la Bête : « une histoire à la fois contemporaine et intemporelle où le pouvoir de l’art, la force de résilience et l’amour rédempteur triomphent. ». Leur version, enchantée par les effets de réalité virtuelle, révèle la « bête en chacun de nous et entre nous ». Avec Wajdi Mouawad, figure majeure de la scène québécoise, le théâtre déborde également ses frontières traditionnelles et s’allie aux arts plastiques et à la vidéo. Dans Seuls, l’auteur, metteur en scène et comédien tisse une fable où la réalité glisse dans les méandres du souvenir et du rêve. Ce solo introspectif résonne au cœur du quotidien comme une quête métaphysique sur la mémoire, les origines et l’identité.

Gwénola David.


 
Solo 30×30, chorégraphie et interprétation
de Paul-André Fortier, du 21 septembre au
20 octobre 2012.
La Belle et la Bête, conception et mise en
scène de Michel Lemieux et Victor Pilon,
du 21 février au 1er mars 2013.
Seuls, texte, mise en scène et interprétation
de Wajdi Mouawad, du 19 au 29 mars 2013.
Khaos, chorégraphie de Ginette Laurin,
du 4 au 6 avril 2013.

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre