La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -283-Le CENTQUATRE~PARIS, Festival Les Singuliers

Le Baptême de Laurent Bazin

Le Baptême de Laurent Bazin - Critique sortie Théâtre Paris Le CENTQUATRE-PARIS
Laurent Bazin © Nicola Gleichauf

Arts visuels, théâtre, performance / écriture et mes Laurent Bazin

Publié le 15 décembre 2019 - N° 283

Après Les Falaises de V., Laurent Bazin réalise sa deuxième création en réalité virtuelle. Le suspens faisant partie de son projet, interdiction de dévoiler le dispositif ! Ce qui n’empêche pas d’aborder les enjeux passionnants de cette nouvelle technologie, axée ici autour de la culpabilité et du crime.

Comment est venue l’idée d’un spectacle sur la culpabilité ?

Laurent Bazin : Je trouve qu’il y a peu de sentiments aussi invasifs, sensoriels et puissants que la culpabilité. Quand je me sens coupable, cela ne génère pas seulement une altération du jugement, mais aussi une altération des sens. C’est cette expérience totale, qui saisit le corps et l’âme tout entière, qui nous met à distance du monde tant elle nous envahit par des affects, des sensations, des images, que j’ai voulu faire partager en réalité virtuelle.

« La réalité virtuelle renouvelle tout le champ des sensations. »

Qu’apporte ce médium ?

L.B. : Lorsqu’on utilise un casque de réalité virtuelle, se pose toujours la question de l’adéquation entre l’outil et le propos. La culpabilité agit comme si elle re-synthétisait le monde, elle le re-déploie autour de nous. La force de la réalité virtuelle, c’est de pouvoir redéployer un monde autour de son usager. Elle ne propose pas simplement une expérience rétinienne limitée, mais renouvelle tout le champ des sensations. Quand je fabrique une expérience immersive, c’est autant une réflexion technique qu’une réflexion sensitive ou phénoménologique. Il s’agit d’un travail qui va de soi vers l’outil et de l’outil vers soi. Et je trouve passionnant de croiser la pensée des nano et bio-technologies avec des enjeux classiques comme ceux de la faute, de la culpabilité, de la trahison.

Comment vous sentez-vous avec cet art extrêmement jeune ?

L.B. : C’est à la fois une difficulté et une grâce. Comme on n’est pas précédé par mille manières de raconter, qu’on ne peut pas se référer à des maîtres, on peut inventer la grammaire que l’on veut. Ce qui constitue mon centre de gravité, c’est l’expérience, ce rapport de soi à soi. J’insiste parce que souvent, dans le numérique, on observe une tendance à partir de la technologie. J’aime faire le contraire : je travaille des membres fantômes en espérant que les membres arrivent, et la technologie, c’est ces membres.

 

Propos recueillis par Isabelle Stibbe

A propos de l'événement

Le Baptême de Laurent Bazin
du Mercredi 22 janvier 2020 au Dimanche 26 janvier 2020
Le CENTQUATRE-PARIS
5 rue Curial, 75019 Paris.

Mercredi 22 janvier à 18h, 19h30, 21h ;


jeudi 23 janvier à 19h30, 21h ;


vendredi 24 janvier à 19h30, 21h ;


samedi 25 janvier à 16h, 17h30, 19h30, 21h ;


dimanche 26 janvier à 16h, 17h30.


Conseillé à partir de 14 ans.


Festival Les Singuliers,


du 10 au 25 janvier 2020.


Tél : 01 53 35 50 00.


www.104.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre