La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -269-Théâtre Les Gémeaux

La Dame aux camélias

La Dame aux camélias - Critique sortie Théâtre Sceaux Théâtre Les Gémeaux - Scène nationale de Sceaux
Le metteur en scène Arthur Nauzyciel. Crédit : Frédéric Nauczyciel

Entretien / Arthur Nauzyciel
Théâtre / D’après Alexandre Dumas fils / mes Arthur Nauzyciel

Théâtre / D’après Alexandre Dumas fils / mes Arthur Nauzyciel

Publié le 20 septembre 2018 - N° 269

Le directeur du Théâtre national de Bretagne associe théâtre et cinéma dans une version âpre de La Dame aux camélias. Une version qui explore les rapports d’oppression et de soumission présents dans l’œuvre d’Alexandre Dumas fils.

La Dame aux camélias est souvent envisagée de manière romantique, voire mélodramatique. Quel regard portez-vous sur cette œuvre ?

Arthur Nauzyciel : Il faut savoir que La Dame aux camélias est à la fois un roman, paru en 1848, et une pièce de théâtre créée quelques années plus tard par son auteur. Dans notre création, nous croisons les deux versions, sans forcément choisir entre l’une ou l’autre. Nous réalisons un travail d’adaptation qui fait le va-et-vient entre le roman et la pièce. Ce qui m’a intéressé au départ, ce sont les différences que révèlent les deux versions de cette même histoire.

Quelles sont ces différences ?

A.N. : Le roman est finalement assez âpre. Il fait preuve d’une certaine dureté dans son analyse des rapports entre les hommes et les femmes, son analyse d’un monde soumis au pouvoir de l’argent au sein duquel le fait de survivre représente un combat quotidien. Fort du succès de son roman, Alexandre Dumas fils l’a adapté pour le théâtre de boulevard et son public bourgeois avec l’intention de faire, là aussi, un succès. Il a donc adouci la pièce en lui donnant une dimension plus convenable. Car dans le roman, qui s’inspire de la propre vie de l’écrivain, Armand Duval abandonne Marguerite Gautier, qui meurt ruinée et seule. Dans la pièce, elle meurt dans les bras d’Armand. A un niveau plus métaphysique, on voit comment la fiction, à travers le théâtre, vient réparer l’existence, le réel.

« Nous réalisons un travail d’adaptation qui fait le va-et-vient entre le roman et la pièce. »

Vous accomplissez également un autre travail de confrontation : entre le théâtre et le cinéma…

A. N. : Oui, je me suis entouré de la même équipe que pour un précédent spectacle créé à Séoul, l’Empire des lumières, avec l’idée de continuer à explorer un dialogue entre le cinéma et le théâtre. Sans pour cela qu’une chose se substitue à une autre, car je pense vraiment que le théâtre peut tout raconter. Je fais appel au cinéma pour ajouter un éclairage supplémentaire. Je souhaite que le cinéma prenne en charge quelque chose d’autre, venant renforcer la présence d’un monde irréel, lyrique, crépusculaire. Un monde qui est en fait un entre deux mondes : entre les morts et les vivants, le visible et l’invisible, le réel et la fiction…

Quels aspects de notre époque souhaitez-vous éclairer à travers cette histoire de passion tragique ?

A. N. : Je trouve que ce qui est frappant dans cette histoire, c’est qu’elle porte en elle le sédiment d’une chose qui s’est perpétuée jusqu’à aujourd’hui. Il est ainsi assez troublant de remarquer qu’il n’y a pas une scène, dans la pièce, qui ne parle d’argent. Dans La Dame aux camélias, les rapports d’oppression et de soumission induits par la société s’expriment à travers l’intime et la sexualité. Il s’agit là, me semble-t-il, d’une thématique extrêmement contemporaine.

 

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

La Dame aux camélias
du Jeudi 11 octobre 2018 au Dimanche 21 octobre 2018
Théâtre Les Gémeaux - Scène nationale de Sceaux
49, avenue Georges Clemenceau, 92330 Sceaux.

Tél : 01 46 61 36 67. www.lesgemeaux.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre