La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -180-cergy

La Belle Personne

La Belle Personne - Critique sortie Théâtre

Publié le 10 septembre 2010

Inspiré des tourments amoureux du roman de Madame de Lafayette, le beau film de Christophe Honoré montre des lycéens face au saisissement de l’amour, des adolescents en proie à des luttes difficiles et des emportements foudroyants.

De la cour du roi Henri II en 1558 à celle d’un lycée parisien d’aujourd’hui… « Jamais Cour n’a eu tant de belles personnes » dit Madame de Lafayette. Des tourments amoureux de la jeune orpheline Mademoiselle de Chartres, épouse du Prince de Clèves, et amoureuse du Duc de Nemours, à ceux de Junie, petite amie d’Otto, et amoureuse de Nemours, son professeur d’italien d’une insolente beauté. Amour foudroyant et partagé qu’elle fuit en toute conscience. De longs gros plans fixes sur les visages, des jeux de regard éloquents ou mystérieux, des dialogues concis : toute la fragilité, les interrogations et le tumulte de l’adolescence habitent le film de Christophe Honoré. « Cette histoire de Madame de Lafayette semble écrite depuis toute éternité à l’usage des nouveaux prétendants. L’adolescence va bien à La Princesse de Clèves. » dit le cinéaste, qui propose une lecture personnelle et juste du roman et prouve ainsi l’intemporalité des emportements du cœur si difficiles à gérer, emportements que Junie comme la Princesse affrontent avec courage, liberté et intégrité. Chaque instant montre les adolescents en proie à leurs luttes difficiles face au saisissement de l’amour. Et le film prouve ainsi l’éternelle actualité, nourrissante et inépuisable, des grandes œuvres littéraires… 

Agnès Santi

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre