La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -293-Le ThéâtredelaCité à Toulouse

IvanOff, de Fredrik Brattberg, mise en scène Galin Stoev

IvanOff, de Fredrik Brattberg, mise en scène Galin Stoev - Critique sortie  Toulouse ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
© Maud Wallet IvanOff (photo de répétition)

Propos recueillis / Galin Stoev
Texte Fredrik Brattberg / mise en scène Galin Stoev

Publié le 27 octobre 2021 - N° 293

Fruit d’une commande à l’auteur norvégien Fredrik Brattberg, la prochaine création de Galin Stoev revisite Ivanov d’Anton Tchekhov. Un façon d’extraire la pièce de Tchekhov de son époque d’écriture pour la faire vibrer dans notre présent.

« Mon projet de départ était de mettre en scène Ivanov, pièce que j’ai relue au moment du premier confinement. J’ai alors perçu très fortement les liens entre l’immobilité du personnage de Tchekhov, qui n’arrive pas à agir, et la situation que nous étions en train de vivre, tous enfermés chez nous. Je me suis demandé s’il était possible de préserver l’esprit du texte — j’entends par là toutes les choses qui nous animent et nous touchent lorsque nous lisons Ivanov aujourd’hui — tout en supprimant ce qui, en son sein, est lié au décor réaliste de la fin du XIXème siècle, c’est-à-dire pour faire vite au samovar. Et puis, il y a des thèmes dans Ivanov que je ne voulais pas traiter, comme la critique du système bancaire, la menace de l’étranger, les blagues antisémites… Je me suis donc dit qu’il fallait imaginer une autre version de la pièce. L’idée de confier ce projet à Fredrik Brattberg s’est imposée assez rapidement. Ce qui me paraît très intéressant chez cet auteur, qui est également musicien, c’est que le sens de ce qu’il écrit n’évolue pas à travers ce que disent les personnages, mais plutôt à travers la structure de l’œuvre, la composition, le rythme de l’histoire. Lorsque j’ai pour la première fois lu son adaptation d’Ivanov, j’ai été très désarçonné.

Rester empathique

Car IvanOff est un texte extrêmement singulier, presque futuriste d’une certaine façon. L’écriture de Brattberg est faite de répliques très courtes, qui font un peu penser aux haïkus. En trois lignes, il peut tout dire et, en même temps, absolument rien. C’est à nous de remplir les vides. Dans IvanOff, il fait intervenir des marionnettes, des doubles d’Ivanov, de sa femme Anna, de son créancier Lébédev et de sa fille Sacha. Nous avons donc créé des avatars vidéo des comédiennes et comédiens interprétant ces personnages, un peu comme des marionnettes virtuelles. Au premier abord, IvanOff semble assez loin de la pièce originale de Tchekhov. Il s’agit d’une œuvre beaucoup plus silencieuse, moins explicative, plus mystérieuse aussi. Mais en y regardant de plus près, on se rend compte que ces deux textes sont intimement liés. Pour moi, l’enjeu de ce spectacle est vraiment d’essayer d’incarner la dépression d’Ivanov — ou plus largement l’état de notre monde contemporain qui, lui-même, semble en pleine dépression — tout en provoquant le rire, qui était cher à Tchekhov. Le rire est peut-être ce qui pourra nous guérir, nous sauver. Ivanov met en jeu notre capacité, quoi qu’il arrive, de ressentir et de rester empathique, de regarder la société binaire dans laquelle nous vivons avec le plus de nuances possible. »

 

Propos recueillis par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

IvanOff, de Fredrik Brattberg
du mardi 9 novembre 2021 au samedi 27 novembre 2021
ThéâtredelaCité – CDN Toulouse Occitanie
1 rue Pierre Baudis, 31009 Toulouse.

les 9 et 10 novembre à 21h, les mercredis et jeudis à 19h30, les mardis et vendredis à 20h30, les samedis à 18h30, le 21 novembre à 15h30, relâche le lundi.


Tél : 05 54 45 05 05. Theatre-cite.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le spectacle vivant

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le spectacle vivant