La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -161-onde

Hautbois nomade

Hautbois nomade - Critique sortie Jazz / Musiques

Publié le 10 octobre 2008

Le hautboïste Jean-Luc Fillon conclut ses trois années de résidence « fructueuse et prolifique » par une création, le temps d’un long week-end dédié au « hautbois nomade », avec master classes, expositions, concerts impromptus et récital classique…

Associer son trio jazz à un orchestre symphonique, le hautboïste « polyglotte » aura jusqu’au bout profité du soutien l’Onde pour développer des projets osés. Le pari est risqué. « L’idée que je développe est d’ouvrir vers d’autres univers un instrument quelque peu conservateur, cantonné au classique alors que ses origines orientales sont populaires. Le hautbois a été adouci et poli en arrivant en Europe. Eh bien moi, j’essaie simplement de l’encanailler de nouveau. » Pour être désormais bien identifié sur les scènes des musiques improvisées, Jean-Luc Fillon peut se targuer d’avoir fait ses classes dans le cadre plus « classique », en tant que soliste de l’Orchestre Symphonique d’Europe, avant de créer le Jazzogène Orchestra, big band de « jazz symphonique » qui lui valut un franc succès critique. Autant dire qu’il n’est plus tout à fait un novice sur le sujet.

Entre improvisation et écriture

Quant à ses deux partenaires au sein du trio Oboa, ils sont au diapason de son état d’esprit qui vise à tracer de nouveaux horizons, point de conjonctions entre plusieurs mondes. Formé au conservatoire classique, le pianiste portugais Joao Paulo Da Silva connaît aussi bien le terroir de ses origines, le fado, que les champs fertiles de l’improvisation. Diplômé de la prestigieuse Berkeley, le percussionniste Jarrod Cagwin s’est fait les doigts sur tous les territoires, de la Turquie à l’Indonésie, sans oublier la musique du Libanais Rabih Abou Khalil dont il est l’un des piliers depuis 1999. Autant dire que ce trio-là, rejoint par le tout aussi curieux Michel Bénita à la contrebasse, devrait être raccord avec l’ONDIF, « lors de ce parcours nomade, entre improvisation et écriture, afin de présenter les multiples facettes du hautbois du vingtième siècle. » Au programme 45 minutes de son répertoire, « comme un florilège » arrangé et réorchestré par le savoir-faire expert de Carine Bonnefoy et François Théberge, mais aussi des pièces classiques, proposées par la section de hautbois de l’ONDIF. « Faire swinguer un orchestre de 39 musiciens classiques, ce n’est pas si évident ! Il va surtout falloir éviter le cliché du collage, avec ouverture en grandes pompes suivies de solos improvisés. Tel est le défi : entremêler les deux discours, sans les dissoudre. » 
 
Jacques Denis


Hautbois Nomade de Jean-Luc Fillon le samedi 29 novembre

A propos de l'événement


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques