La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -221-Théâtre National de Chaillot / Saison 2014/2015

Entretien / Marcial Di Fonzo Bo

Entretien / Marcial Di Fonzo Bo - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre national de Chaillot
Crédit photo : DR Légende Photo : Marcial Di Fonzo Bo.

De Martin Crimp / mes Marcial Di Fonzo Bo et Elise Vigier

Publié le 28 mai 2014 - N° 221

Dans la république du bonheur

Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo mettent en scène la dernière pièce traduite de l’auteur britannique Martin Crimp. Une comédie grinçante sur la liberté de l’individu à l’intérieur de la famille, du collectif, de la république…

Qu’est-ce qui a été décisif dans votre envie de mettre en scène Dans la république du bonheur ?

Marcial Di Fonzo Bo : Avec Elise Vigier, nous consacrons notre travail de création à l’écriture contemporaine. Après plusieurs années de compagnonnage avec le dramaturge argentin Rafael Spregelburd, nous sommes tombés sur ce texte de Crimp. Nous avons tout de suite été frappés, tant par sa forme que par son fond. Depuis Atteintes à sa vie, je n’avais jamais été à ce point saisi par l’écriture de Crimp.

Qu’est-ce qui vous intéresse particulièrement dans cette écriture ?

M. D. F. B. : Sa réflexion sur le présent. Le regard porté sur le bonheur et la liberté, tels qu’ils sont vécus dans notre société néolibérale. Dans la république du bonheur propose une réflexion sur l’avenir proche, sur les visions utopiques et catastrophistes du futur.

« Crimp décrit un monde sans désir et sans joie. »

A quelle vision du monde cette pièce renvoie-t-elle ?

M. D. F. B. : Pour reprendre les mots de Leslie Kaplan, à qui nous avons demandé de travailler sur la dramaturgie du spectacle, Crimp décrit un monde sans désir et sans joie, fondé sur l’affirmation agressive et haineuse de soi. Il n’oppose pas ce monde à un ordre moral ancien (la famille, ce n’est pas la joie non plus !) : il constate que le monde qui est en train de s’instaurer et auquel nous adhérons – nous qui voulons être libres, heureux, sains, beaux… – est paradoxalement fondé sur la peur, la peur bleue que l’autre disparaisse, ainsi que le langage, le sujet et finalement le monde lui-même.

Par quels partis pris de mise en scène répondez-vous à ces thèmes ?

M. D. F. B. : Nous avons réuni une distribution autour de l’équipe des Lucioles**, qui tient compte des trois générations présentes dans la famille de la pièce. L’espace imaginé par le scénographe Yves Bernard est à la fois abstrait et concret. Il s’agit d’une réplique de salle de répétition, où on le sait tout peut arriver.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

* Collectif d’acteurs auquel appartiennent Elise Vigier et Marcial Di Fonzo Bo.

A propos de l'événement

Dans la république du bonheur
du Vendredi 21 novembre 2014 au Dimanche 30 novembre 2014
Théâtre national de Chaillot
1 Place du Trocadéro et du 11 Novembre, 75116 Paris, France

Marcial Di Fonzo Bo, Elise Vigier et Leslie Kaplan interviendront, avec d’autres artistes et intellectuels, lors d’une journée de réflexion (en accès libre sur réservation) sur le thème des Politiques du bonheur.


Tél. : 01 53 65 30 00.


Site : www.theatre-chaillot.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre