La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -208-Anthéa, Antipolis ~ Théâtre d'Antibes

Entretien Daniel Benoin

Entretien Daniel Benoin - Critique sortie Théâtre Antibes Anthéa
© Victor Tonelli

Publié le 26 mars 2013 - N° 208

Le spectacle vivant dynamise la Riviera

Le directeur du Théâtre National de Nice est le conseiller artistique d’Anthéa. Soucieux d’une complémentarité des propositions entre l’est et l’ouest du Var, il participe à faire du nouveau théâtre d’Antibes un pôle de diffusion pluridisciplinaire dynamique.

« On n’a pas connu d’aventure équivalente en France depuis longtemps. »

Pourquoi avez-vous accepté d’être le conseiller artistique d’Anthéa ?

Daniel Benoin : Parce que l’aventure qui commence à Antibes représente quelque chose qui n’arrive jamais ! Faire naître un théâtre ex nihilo, construire un nouveau bâtiment, qui remplace une salle de sport par un théâtre, c’est rarissime ! Il n’y avait jamais eu de théâtre à Antibes, sauf, évidemment, il y a de nombreux siècles ! On n’a pas connu d’aventure équivalente en France depuis longtemps. C’était donc difficile de refuser, et je suis heureux que la France et cette région s’équipent d’un tel outil. Il s’agit aussi de recruter une équipe entièrement neuve. Anthéa n’est ni un CDN, ni une scène nationale, ni un théâtre conventionné. Il existe avant d’être labélisé. Dans sa dimension et sa programmation, remarquons néanmoins qu’il s’apparente à une scène nationale, et on peut espérer qu’il obtienne bientôt ce label. Ce qui est exemplaire dans ce projet, c’est que ce théâtre va s’ouvrir à l’ensemble du spectacle vivant, mais qu’il va chercher à y associer les créateurs de la haute technologie.

Comment décrire cette saison d’ouverture ?

D. B. : C’est d’abord une petite saison, puisqu’elle s’étend du 6 avril au 7 juillet, à une période épouvantable sur la Côte d’Azur, puisque tout le monde est sur les plages ! Trente-sept représentations sont programmées pendant deux mois et demi (puisqu’on ne jouera pas pendant les vacances de Pâques) : nous avons la volonté de montrer que dès les premiers mois, nous pouvons remplir ce théâtre. J’ai voulu une vraie programmation, très diversifiée, qui emprunte à tous les domaines, avec aussi de la recherche, de la création (cette année, un spectacle de danse sera créé). De l’opéra, du théâtre (avec la Comédie-Française, dans Marivaux, et La Maison d’os de Roland Dubillard), de l’humour avec François-Xavier Demaison et Max Boublil (que les adolescents adorent !), un conte chinois magnifique, de la danse (dont Découflé), un grand concert symphonique : et j’en passe ! Nous accueillons également une manifestation qui a lieu à Antibes depuis quarante ans : Antibes génération virtuoses. Les tarifs seront les mêmes qu’au Théâtre National de Nice, et l’opéra sera beaucoup moins cher qu’à l’Opéra de Nice.

Combien Anthéa peut-il accueillir de spectateurs ?

D. B. : La grande salle peut accueillir mille deux cents spectateurs, et on peut réduire sa jauge à sept cents places. La petit salle, davantage destinée à la recherche et aux idées nouvelles, compte deux cents places. La grande salle porte le nom de Jacques Audiberti, pour rendre hommage au grand poète né à Antibes. La petite porte celui de Pierre Vaneck, un acteur avec lequel j’ai beaucoup travaillé et qui était très attaché à cette région.

Les théâtres de Nice et d’Antibes vont-ils travailler ensemble ?

D. B. : L’harmonisation et la mutualisation commanderont. Nous allons trouver les moyens de faire des économies. Mais je veux surtout créer une synergie au niveau du public afin qu’augmente le nombre de spectateurs dans les Alpes-Maritimes, en drainant, pour Antibes, la population de l’ouest du département qui ne va pas à l’est, à Nice. Nous avons commencé, dès cette année, à intégrer certains des spectacles d’Antibes à l’abonnement de Nice (huit mille places ont été vendues), et nous ferons la même chose dans l’autre sens. Cela étant, demeureront des différences entre les deux théâtres. A Nice, 80% des textes créés sont ceux d’auteurs contemporains : c’est presque la marque de fabrique de la maison. Antibes équilibrera sa programmation entre le contemporain et le classique, et sera beaucoup plus ouvert. Le théâtre d’Antibes sera plus un théâtre de diffusion que celui de Nice, accueillant des spectacles prestigieux, mais aussi des spectacles expérimentaux. Il est évident qu’avec ce nouveau théâtre, la force d’impact du spectacle vivant dans les Alpes-Maritimes va être transformée.

 

Propos recueillis par Catherine Robert

A propos de l'événement

du Mardi 9 avril 2013 au Vendredi 5 juillet 2013
Anthéa
260, avenue Jules-Grec, 06600 Antibes
Tél. : 04 83 76 13 13. Site : www.anthea-antibes.fr
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre