La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -204-CENTRE NATIONAL DU THÉÂTRE

Des lauréats de plus en plus visibles

Des lauréats de plus en plus visibles - Critique sortie Théâtre Paris Centre national du Théâtre

Publié le 27 novembre 2012 - N° 204

Depuis 2011, le Pôle auteur du Centre national du Théâtre (CnT) organise le Grand prix de littérature dramatique. Laurent Lalanne, responsable de ce pôle, revient sur les enjeux et les évolutions de cette distinction.

Quel bilan tirez-vous de l’organisation, par le CnT, du Grand Prix de littérature 2011 ?

Laurent Lalanne : En prenant en charge l’élaboration de ce Prix, l’ambition de Jacques Baillon et Cécile Hamon (ndlr, respectivement directeur et directrice adjointe du CnT) était d’augmenter de façon significative la visibilité de ce prix et, par conséquent, des textes et des auteurs primés. Je crois que nous y sommes parvenus. Au bord de Claudine Galea (ndlr, œuvre récompensée en 2011) a été largement diffusée : auprès de metteurs en scène et de directeurs de théâtre, mais également, grâce au soutien de l’Institut Français, auprès de consulats, d’ambassades, d’instituts et de centres culturels français basés à l’étranger. Je me suis, à de nombreuses reprises, entretenu avec Claudine Galea afin de saisir ses besoins, ses aspirations, afin de mettre à sa disposition l’expertise du CnT et d’accompagner la diffusion de son texte le plus justement possible. D’autre part, l’augmentation de la dotation (ndlr, 4000 €), la décision de décerner le Grand Prix dans une brasserie parisienne, à la période des prix littéraires, la captation et la diffusion du texte primé sur les ondes de France Culture ont également contribué à renforcer l’aura de cette distinction.

En quoi le Grand Prix a-t-il encore évolué, en 2012 ?

L. L. : L’une des nouveautés de cette année concerne la formation du jury, auparavant exclusivement composé d’auteurs. Etant donné que la finalité des textes primés est d’être représentés sur un plateau, il nous a semblé important d’ouvrir le jury à des metteurs en scènes, des comédiens, des conseillers dramaturgiques… Et puis, à partir de cette année, les textes lauréats seront traduits en langue anglaise. Nous nous sommes en effet aperçus que, si nous voulions véritablement donner une chance à ces œuvres francophones d’obtenir une audience internationale, ce travail de traduction était obligatoire.

Entretien réalisé par Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Centre national du Théâtre
134, rue Legendre, 75017 Paris
Tél. 01 44 61 84 85. www.cnt.asso.fr
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre