La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -252-Festival de Saint~Denis

Daniele Gatti, un chef chambriste

Daniele Gatti, un chef chambriste - Critique sortie Classique / Opéra  Basilique
© C.Fillieule

PORTRAIT / BASILIQUE

Publié le 15 février 2017 - N° 252

Le chef italien dirige le Mahler Chamber Orchestra, en résidence au Festival de Saint-Denis.

Daniele Gatti connaît bien la basilique de Saint-Denis pour avoir dirigé dans le cadre du festival l’Orchestre national de France. On apprécia alors sa générosité sonore à la tête de larges effectifs instrumentaux. Cette année, le maestro revient avec une tout autre formation : le Mahler Chamber Orchestra, dont il est désormais le conseiller artistique. Il a en outre quitté l’Orchestre national de France pour prendre la direction musicale de l’Orchestre royal du Concertgebouw d’Amsterdam. Daniele Gatti nous expliquait en septembre dernier avoir accepté ce poste au Mahler Chamber Orchestra pour « aborder le répertoire symphonique avec un autre effectif, plus intime ». Un poste qui n’est toutefois pas aussi contraignant que celui de directeur musical : « nous fonctionnons au projet, comme celui de faire le cycle des symphonies de Beethoven. Mais il pourra y avoir des saisons où je ne dirigerai pas l’Orchestre ».  Le Mahler Chamber Orchestra, fondé par Claudio Abbado, s’inscrit dans la lignée des formations « Mozart », comme l’Orchestre de chambre d’Europe, la Philharmonie de chambre allemande de Brême ou l’Orchestre de chambre de Bâle. Ces formations d’une quarantaine de musiciens ont aujourd’hui le vent en poupe : les musiciens jouent sur instruments modernes mais dans une démarche historiquement informée (les trompettes jouent souvent des instruments naturels et les timbales de petits instruments en peaux). Ils dépoussièrent ainsi le répertoire, notamment en retrouvant les effectifs d’époque – des symphonies de Brahms furent créées à Meiningen avec moins de quarante instrumentistes.

Dynamisme et complicité des musiciens

Mais surtout, ce que le public apprécie en concert, c’est de voir sur scène la complicité des musiciens, leur dynamisme, leurs échanges de regard, comme dans un ensemble de musique de chambre, loin des attitudes routinières de certaines grandes phalanges. En outre, dans un orchestre comme le Mahler Chamber Orchestra, les musiciens sont payés au projet et non salariés, ce qui peut aussi expliquer, sans pour autant être dans une défense de l’idéologie libérale, l’excitation qui anime les pupitres. A Saint-Denis, le Mahler Chamber Orchestra et Daniele Gatti vont donner deux symphonies de Beethoven, la Sixième « Pastorale » et la Deuxième, qui s’annoncent comme une synthèse entre tradition et modernité interprétatives. Et en soliste, le violoniste Christian Tetzlaff va interpréter le sublime Concerto pour violon « à la mémoire d’un ange » de Berg.

 

Antoine Pecqueur

A propos de l'événement

Daniele Gatti, un chef chambriste
du Vendredi 16 juin 2017 au Vendredi 16 juin 2017
Basilique
93200 Saint-Denis, France

à 20h30.


 


Festival de Saint-Denis,


Du 30 mai au 30 juin 2017.


Tél : 01 48 13 06 07.


www.festival-saint-denis.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la musique classique

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Classique / l'Opéra