La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Focus -286-Chaillot ~ Théâtre national de la Danse

AFTER de Tatiana Julien

AFTER de Tatiana Julien - Critique sortie Danse Paris Chaillot - Théâtre national de la danse
AFTER de Tatiana Julien Crédit : Hervé Goluza

Entretien Tatiana Julien
Chor. Tatiana Julien / Cycle Vagabondages

Publié le 7 août 2020 - N° 286

Après Soulèvement, Tatiana Julien revient à Chaillot avec une nouvelle création qui sonde l’effondrement et rêve une possible résilience.

Quelle est la thématique d’AFTER, votre prochain opus ?

Tatiana Julien : Il y a dans AFTER l’idée de l’après fête, du lendemain, mais aussi une réflexion sur l’effondrement, qu’il soit écologique ou intérieur. Qu’est-ce qui survit à un effondrement ? Que peut-on inventer, nous, en tant que danseurs face à ce péril-là ? Cela entraîne évidemment un questionnement sur le corps. Qu’est-ce qu’un corps qui s’effondre, un corps qui survit ? Comment peut-on placer le corps dans une forme de résilience ? Que fait-on comme proposition pour revenir à quelque chose de simple : le toucher, l’empathie, le temps du corps, le temps de respirer, de ralentir ? Nous interrogeons ce que pourraient être les danses d’après, les spectacles de demain. Il s’agit de réfléchir à une esthétique du partage, c’est-à-dire à des sujets qui sont liés au présent du spectateur (le contexte politique, écologique) et lui proposent un prolongement, un ailleurs. Il s’agit également de les traiter de façon immersive, de faire par la scénographie que l’on se sente dans un lieu en commun. Il y a dans AFTER, comme dans beaucoup de mes spectacles, cette idée de survivre au néant. Je pense que j’ai une vision romantique de la danse, qui pourrait à sa façon contribuer à sauver le monde, ou à sauver des corps, des âmes, des êtres.

« Il y a dans AFTER cette idée de survivre au néant. »

La crise sanitaire a-t-elle eu un impact sur la création de cette pièce ?

T.J. : La question de l’après est encore plus prégnante aujourd’hui, et cet après, je ne le rêve pas du tout dans des conditions sanitaires. Je suis personnellement quelqu’un qui touche beaucoup, j’ai besoin de contact. Cela se traduit dans les spectacles et performances que je décline. C’était déjà un enjeu important pour moi avant la crise. Je suis artiste associée à la Maison de la Culture d’Amiens et nous avons dû reporter un temps fort que je propose, qui s’intitule la Cité (éphémère) de la danse, et qui consiste en une journée accordée à la question du soin, du partage, du toucher en danse. Avec la Covid, je crains que le « non toucher » s’ancre profondément dans les corps. Bien sûr il s’agit d’enjeux vitaux, mais il y a d’autres enjeux à prendre en compte, comme le risque d’un repli sur soi, d’un repli identitaire. AFTER est le contraire d’un spectacle sanitaire et je préfèrerais ne pas le jouer plutôt que de ne pas défendre ce en quoi je crois.

 

Propos recueillis par Delphine Baffour

A propos de l'événement

Cycle Vagabondages
du Jeudi 4 février 2021 au Vendredi 12 février 2021
Chaillot - Théâtre national de la danse
1 place du Trocadéro, 75116 Paris.

Tél :01 53 65 31 00.


Site : theatre-chaillot.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse