La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

Fanny et Alexandre d’après Ingmar Bergman, mis en scène de Julie Deliquet

Fanny et Alexandre d’après Ingmar Bergman, mis en scène de Julie Deliquet - Critique sortie Théâtre Paris Comédie-Française Salle Richelieu
Fanny et Alexandre, à la Comédie-Française. Crédit : Brigitte Enguérand, coll. Comédie-Française

d’après Ingmar Bergman / mes Julie Deliquet

Publié le 28 février 2019 - N° 274

Après un beau Vania au Théâtre du Vieux-Colombier, il y a deux saisons, la metteure en scène Julie Deliquet signe l’entrée au répertoire de la Comédie-Française d’Ingmar Bergman avec une adaptation de Fanny et Alexandre. Un spectacle de belle facture, qui néanmoins déçoit…

On connaît avant tout le film sorti dans nos salles de cinéma en 1983. Mais Fanny et Alexandre est aussi une série télévisée en quatre épisodes, ainsi qu’un roman publié en Suède en 1979. Pour mettre en scène l’existence des deux enfants qui donnent leurs prénoms à l’histoire imaginée par Ingmar Bergman, Julie Deliquet a écrit une adaptation (en collaboration avec Florence Seyvos et Julie André ; la traduction est de Lucie Albertini et Carl Gustaf Bjurström) croisant ces trois versions du destin de la famille Ekdahl. Ce destin nous transporte en Suède, au début du XXème siècle, au sein d’une troupe de théâtre dirigée par Oscar Ekdahl, père de Fanny et d’Alexandre. Les deux jeunes personnages, dans cette proposition scénique, ne sont plus des enfants, mais des adolescents. Tout commence joyeusement par des chansons et des farandoles de Noël. Par des chicanes de couples, des petites affaires de famille, des pensées sur l’existence, sur la perspective de la mort, sur l’art du théâtre… Jusqu’au décès inattendu d’Oscar, en pleines répétitions d’Hamlet, qui clôt la première partie du spectacle et donne lieu à l’un des plus beaux moments de la représentation. Dans cette scène comme en suspension, exempte de toute forme de superflu, Denis Podalydès touche à la pureté et la grandeur de son art.

De l’allégresse au drame

Les dix-huit interprètes qui arpentent, à ses côtés, le plateau de la Salle Richelieu confèrent réalisme et justesse aux différents tableaux de cette histoire basculant de l’allégresse au drame. Car dans la seconde partie de la représentation, Emilie (Elsa Lepoivre), la veuve d’Oscar, décide d’abandonner le théâtre pour refaire sa vie avec un homme d’église. Fanny (Rebecca Marder) et Alexandre (Jean Chevalier) devront dès lors subir les violences physiques et psychologiques de cet être pervers. Thierry Hancisse confère une dureté impressionnante à ce personnage brutal. S’il est une qualité que l’on ne peut contester au travail de Julie Deliquet, c’est la précision de sa direction d’acteurs. Pour le reste, son adaptation de Fanny et Alexandre passe à côté de ce qui rend cette œuvre si belle, si particulière : la présence, au centre de cette communauté humaine, d’enfants qui à travers leurs regards nous transmettent une vision à la fois magique et cruelle du monde. Traversant le film d’Ingmar Bergman sans rien transmettre de ces regards, le spectacle de Julie Deliquet manque d’une colonne vertébrale. Les scènes se succèdent, certes agréablement. Mais elles laissent à l’esprit un sentiment global d’inaccompli.

Manuel Piolat Soleymat

A propos de l'événement

Fanny et Alexandre d’après Ingmar Bergman, mis en scène de Julie Deliquet
du Samedi 9 février 2019 au Dimanche 16 juin 2019
Comédie-Française Salle Richelieu
Place Colette, 75001 Paris

En alternance. Matinées à 14h, soirées à 20h30. Durée de la représentation : 2h45 avec entracte. Tél. : 01 44 58 15 15. www.comedie-francaise.fr


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre