La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Gros Plan

Exit, Festival innovant et transdisciplinaire

Exit, Festival innovant et transdisciplinaire - Critique sortie Danse
© Federica Giorgetti Homo Turbae par Claudia Castellucci

Publié le 10 mars 2010

Plus que jamais, le Festival explore des territoires artistiques inédits et innovants au croisement des disciplines. De Philippe Starck à Claudia Castellucci, de Delavallet Bidiefono à Amir Reza Koohestani, les frontières explosent.

Théâtre, danse, musique, arts numériques, installations, performances se rencontrent et fermentent ici. Voilà des années que ce rendez-vous attendu propose des spectacles hybrides et innovants, où les dimensions technologique et artistique se rejoignent, où l’expérimentation bouscule et interroge le regard du spectateur comme celui de l’artiste. L’explosion du numérique, le dialogue fécond entre l’homme et la machine, entre le corps en mouvement, la musique et l’image déterminent de nouveaux modes de création et de nouveaux modes de relation à l’œuvre. L’interaction ouvre de nouvelles perspectives, et ce festival le prouve à travers de multiples créations artistiques. Cette année plus que jamais, la programmation se lit comme une exploration de territoires inédits. Parmi les créations proposées, un événement conçu pour le Festival associe le créateur Philippe Starck et le collectif new-yorkais Soundwalk, avec la participation du public. Le Son du Nous se déploie comme une quête du son qui nous manque. Un son véritablement unique, à découvrir… Autre temps fort, la création d’Amir Reza Koohestani, Where were you on January 8th ?, mettant en scène quatre étudiantes en théâtre et le fiancé de l’une d’elles, effectuant son service militaire dans la police, porteur d’une arme qui se volatilise. Le jeune chorégraphe congolais Delavallet Bidiefono propose Empreintes, on posera les mots après, d’une énergie puissante et brute, pour dire l’urgence d’exister au cœur d’une ville bouillonnante, Brazzaville.

Aventure onirique
La pièce Americana Kamikaze de Kenneth Collins par des performers new-yorkais et japonais explore comment nos vies basculent lors d’actes d’une extrême violence et s’aventure sur le fil entre folie et raison. Kenneth Collins présente aussi Temporary Distortion, compilant hors de toute narration linéaire un audacieux travail sur la mémoire à travers des fragments de souvenirs. A découvrir aussi un spectacle du Théâtre Knam de l’Extrême-Orient russe, évoquant la perte d’identité de Russes de l’ex-URSS, et un spectacle du collectif Angelin s’enfonçant au fil d’une aventure onirique dans le monde arctique. Last but not least, Claudia Castellucci présente Homo Turbae, d’après L’Homme des foules d’Edgar Allan Poe, rythmée notamment par la musique pour orgue de Messiaen, où mouvements et musique s’élaborent à travers un lien métronomique. Et Dancing Machine rassemble une vingtaine d’installations plutôt ludiques, de l’igloo musical d’Alexis O’Hara à la féerie théâtrale Kolo de Natacha Paganelli. Parmi les performances, signalons celle de Lawrence Malstaf, Shrink, où les comédiens sont emballés sous vide entre deux immenses films de PVC. Beau programme ! 
Agnès Santi


Festival Exit du 18 au 28 mars à la Maison des Arts de Créteil. Tél : 01 45 13 19 19.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse