La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

Festival Sidération au croisement de l’art et la science

Festival Sidération au croisement de l’art et la science - Critique sortie Théâtre Paris Centre National d’Etudes Spatiales

Entretien Gérard Azoulay

Scientifique animé d’une grande curiosité pour l’art et le spectacle vivant, le directeur de l’Observatoire de l’Espace Gérard Azoulay programme un festival unique qui rend visible des croisements féconds entre art et science, des passerelles inédites qui révèlent tout le potentiel de création de l’espace.  

« L’espace devient matériau et source d’inspiration. »

Comment ce rapprochement entre les univers spatial et artistique a-t-il été mis en œuvre ?

Gérard Azoulay : L’Observatoire de l’Espace, que j’ai créé en 2000, élabore la politique culturelle du Centre National d’Etudes Spatiales. C’est une fabrique culturelle qui s’intéresse aux relations entre l’espace et le monde de la culture, des arts, de la création, de la littérature et des sciences humaines. Nous mettons en œuvre des expositions transdisciplinaires, des résidences d’artistes, des productions, et nous éditons des publications dont la revue Espaces(s), qui rapproche les univers littéraire et scientifique. Et depuis trois ans, nous programmons le Festival Sidération, un foisonnement de propositions artistiques liées à l’espace. L’espace est habituellement connu sous un angle réducteur, principalement à travers les images convenues des médias. Or les artistes découvrent ici des ressources extraordinaires et un patrimoine unique, en constante évolution : corpus de textes, archives photographiques, laboratoires, sans oublier les rencontres avec les scientifiques. Nous élargissons le champ ! Nous abordons l’espace de manière anthropologique, et pas seulement scientifique et technique. L’espace devient matériau et source d’inspiration, et révèle un infini potentiel de création et d’expérimentation.

Comment se concrétisent les propositions artistiques du festival ? 

G. A. : De multiples façons ! Le thème qui donne une couleur au festival est cette année la différence. La relation entre art et science se noue pour les artistes, mais aussi pour les acteurs du monde spatial, qui élaborent une mise en scène au cours de leurs interventions. Ainsi Jacques Paul, astrophysicien, et Thierry Pozzo, neurophysiologiste spatial, créent des discours méditatifs autour d’œuvres d’art contemporain à partir de leur réflexion et de leur imaginaire. L’exobiologiste Michel Viso propose des micro-récits autour d’images sur la question du vivant dans l’espace. Pour les scientifiques comme pour les artistes, les dispositifs mis en place créent une porosité intéressante entre réel et fiction. L’auteur et metteur en scène Carole Thibaut livre au public les résultats d’une enquête sur les femmes et l’espace ; Kitsou Dubois, Bernard Chambaz accompagné de Sylvain Kassap, ou Vincent Ravalec ont été inspirés par la résidence d’artiste la plus courte du monde, vingt-deux secondes à bord de l’Airbus Zéro-G simulant l’état d’impesanteur. Des spectacles musicaux côtoient des formes participatives, ainsi la performeuse Annie Abrahams est portée par des spectateurs volontaires. Passer par l’espace nous dit quelque chose sur nous. L’espace n’est pas si loin, nous l’habitons !

Propos recueillis par Agnès Santi

A propos de l'événement

Festival Sidération au croisement de l’art et la science Festival Sidération au croisement de l’art et la science
du Vendredi 22 mars 2013 au Dimanche 24 mars 2013
Centre National d’Etudes Spatiales
2 Place Maurice Quentin, 75001 Paris
Du 22 au 24 mars 2013. Centre National d’Etudes Spatiales, Observatoire de l’Espace, 2 Place Maurice Quentin, 75001 Paris. Email : Observatoire.espace@cnes.fr  Tél : 0 892 692 694.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre