La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Entretien

End/Igné

End/Igné - Critique sortie Théâtre Paris Théâtre de Belleville
Kheireddine Lardjam © DR

Théâtre de Belleville / mes Kheireddine Lardjam / Entretien

Publié le 26 septembre 2018 - N° 269

End/Igné traite de l’immolation en Algérie. Fruit d’une commande de votre part à Mustapha Benfodil, ce texte est-il lié aux […]

End/Igné traite de l’immolation en Algérie. Fruit d’une commande de votre part à Mustapha Benfodil, ce texte est-il lié aux Printemps arabes ?

Kheireddine Lardjam : Si la commande est contemporaine de l’immolation du Tunisien Mohamed Bouazizi, qui déclenche les insurrections de 2011 dans le monde arabe, c’est autre chose qui est à son origine : ma découverte de l’importance de l’immolation en Algérie. En 2010, pas moins de 176 jeunes ont tenté de se suicider par le feu. Un chiffre qui a aussi frappé Mustapha Benfodil, également journaliste pour le quotidien El Watan. Nous sommes partis ensemble à rencontre de jeunes qui avaient tenté de s’immoler, suite à quoi il a réalisé un reportage puis écrit la pièce End/Igné.

Pourquoi le choix de la fiction, plutôt que d’une écriture documentaire ?

K.L. : La fiction permet de multiplier les points de vue, contrairement à l’écriture documentaire qui en privilégie un seul. Mustapha Benfodil, avec qui je travaille depuis longtemps, déploie une écriture du réel qui est selon moi l’une des plus intéressantes de l’Algérie d’aujourd’hui. Il présente aussi au Théâtre de Belleville une performance, L’Antilivre, et intervient le 6 octobre sur l’écriture en Algérie. Cela avant une rencontre dédiée à l’écriture féminine algérienne francophone le 13, puis à la diversité ethnoculturelle dans nos imaginaires le 10 novembre. Des sujets qu’il me semble indispensable d’aborder aujourd’hui.

« L’Algérie de 2018 est un pays encore habité par la mort. »

 Vous avez créé End/Igné une première fois en 2013. Résonne-t-elle autrement aujourd’hui ?

K.L. : Elle est hélas tout aussi actuelle qu’hier. Non seulement les immolations n’ont pas cessé, mais du fait de l’épidémie de choléra qui sévit en ce moment sur l’Algérie et de la période électorale qui s’annonce, l’Algérie de 2018 est un pays encore habité par la mort. End/Igné peut être lu comme une métaphore de cet état causé en grande partie par les vingt ans de règne de Bouteflika.

Quelle influence ont ces évolutions sur le spectacle ?

K.L. : Avec Azeddine Benamara, le comédien qui jouait déjà dans la première version de la pièce, nous souhaitons y injecter davantage d’humour et d’ironie, car c’est ce qui sauve le pays. Un peu de colère aussi, l’auteur et moi déplorant la passivité du peuple algérien, qui semble toujours penser que la solution à ses problèmes viendra de l’extérieur. Un bilan des vingt dernières années s’impose en Algérie, ce qui sera l’objet de ma prochaine collaboration avec Mustapha Benfodil.

Propos recueillis par Anaïs Heluin

 

A propos de l'événement

End/Igné
du Dimanche 7 octobre 2018 au Mardi 27 novembre 2018
Théâtre de Belleville
94 rue du Faubourg du Temple, 75011 Paris

Les lundis et mardis à 19h15 et le dimanche à 15h. Tel : 01 48 06 72 34. www.theatredebelleville.com


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre