La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

En quoi faisons-nous compagnie avec le menhir dans les Landes ?

En quoi faisons-nous compagnie avec le menhir dans les Landes ? - Critique sortie Théâtre Paris Le Tarmac
Crédit photo : Mario Del Curto Légende photo : Julie Cloux, dans En quoi faisons-nous compagnie avec le menhir dans les Landes ?

Le TARMAC / texte et mes Marielle Pinsard

Publié le 21 novembre 2014 - N° 227

Adepte des titres foutraques et des collisions culturelles, Marielle Pinsard présente son nouveau spectacle au TARMAC : ni breton, ni landais, plutôt helvéto-décapant et africano-étonnant, jubilatoire, intelligent et sidérant… 

Dans L’Animal que donc je suis, Jacques Derrida propose de remplacer le terme animal par celui d’animot. Le jeu créatif permet de signifier la multiplicité des acceptions de ce terme : l’animal est tous les animaux. Sous ce concept, se cache une foule bigarrée. Elle n’a en commun que le mot qui la désigne pour la distinguer de l’humain. Celui-ci est convaincu de sa supériorité à force de lutter contre la bête qui sommeille en lui. Le propre de l’homme est le sale de la bête. Or, l’animal est davantage une construction culturelle qu’un taxon : voilà ce qu’illustre brillamment Marielle Pinsard avec ce spectacle inclassable. Point n’est besoin cependant d’avoir lu Deleuze et ses analyses sur le « devenir-animal » pour goûter à cette proposition originale, se prendre à rêver et se mettre à penser. Les idées s’incarnent comme par magie dans les gestes des comédiens, exactement à la manière dont les bêtes s’emparent de leurs corps.

L’homme est un animal théâtral

Tout commence un peu avant la Chute, au moment du surgissement, entre deux entrecôtes sanguinolentes, de la femme née du flanc adamique ; tout s’achève avec La Mort du cygne. Valerio Scamuffa campe le premier homme – paisible bête au milieu de ses compagnons du Paradis –, et boucle le cycle des transformations en se recouvrant de confiture et de plumes. Entre les deux, et après le génial tableau inaugural qu’interprète Julie Cloux, défilent les figures d’un bestiaire cocasse et poétique, où l’hybridation rivalise d’ingéniosité avec la métamorphose. Le brouillage catégoriel est complet, comme si on assistait à une cérémonie chamanique ou à une séance de possession par les esprits revivifiant des corps, enfin débarrassés du carcan de la raison. L’homme n’est plus maître et possesseur de la nature. Il subit une nouvelle vexation ontologique que Marielle Pinsard et les siens infligent avec un talent ahurissant et une inventivité réjouissante. La seule chose dont les animaux ne sont pas capables, c’est de s’engager dans des narrations dont ils ne sont pas les héros, remarque le philosophe et éthologue Dominique Lestel. Avec ce spectacle, Marielle Pinsard affirme cette exception en refusant toutes les autres. En racontant ces histoires dont les animaux sont les héros, la troupe qu’elle réunit semble abdiquer son humanité pour mieux la réaffirmer, magistralement et de manière excentrique et baroque.

Catherine Robert

A propos de l'événement

En quoi faisons-nous compagnie avec le menhir dans les Landes ?
du Jeudi 13 novembre 2014 au Vendredi 5 décembre 2014
Le Tarmac
159 Avenue Gambetta, 75020 Paris, France

Du 13 novembre au 5 décembre 2014. Mardi, mercredi et vendredi à 20h ; jeudi à 14h30 et 20h ;
samedi à 16h. Durée : 1h40.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre