La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Critique

De nos jours [notes on the circus] par Ivan Mosjoukine

De nos jours [notes on the circus] par  Ivan Mosjoukine - Critique sortie Théâtre Paris _THEATRE SILVIA MONFORT
DR. La révolution circassienne d’Ivan Mosjoukine.

Théâtre Monfort / Ivan Mosjoukine

Publié le 1 octobre 2012 - N° 202

Longtemps fossilisé dans ses traditions, le cirque évolue aujourd’hui  de manière spectaculaire. De nos jours [notes on the circus] invente dans cette perspective un art qui a beaucoup à dire.

Ce n’est certainement pas un hasard si les quatre artistes d’Ivan Mosjoukine ont pris comme nom pour désigner leur collectif celui d’un acteur russe devenu star du cinéma muet, dont la célébrité toutefois ne survécut pas à la révolution du cinéma parlant. Le cirque vit-il aujourd’hui une révolution comparable à celle du cinéma parlant ? Certainement, si l’on considère le travail de ces compagnies, que l’on rassemble sous le nom de « nouveau cirque », qui cherchent faire évoluer la pratique d’un art longtemps enfermé dans les rituels et le culte de la performance. Dans cette veine,  De nos jours explore régulièrement à travers ses “notes“ le sens de ce qui se joue non plus sur la piste mais sur la scène. Qu’est-ce que ces corps qui ne doivent jamais grimacer, toujours masquer leurs efforts, qui doivent faire oublier tout le travail accompli pour aboutir à la virtuosité, qu’est-ce que ces corps ont à dire aux spectateurs ?

Hommage au tigre qui passe au-dessus du feu

Beaucoup. Car le spectacle ne s’enferme pas dans la réflexion sur le cirque et cherche à ouvrir tous les possibles.  Courant de numéro en numéro  – numéros rebaptisés “notes“ – les quatre artistes enchaînent rapidement des tours qui prennent d’autant plus de sens qu’on les rapproche de leur intitulé. 7- Note sur « est-ce qu’elle va déraper » : une hache à la main,  la jeune femme s’approche dangereusement du public, dans un déséquilibre menaçant. 50 – Note sur le rythme rapide d’un mouvement lent ou hommage au tigre qui passe au dessus du feu : sur son fil, l’équilibriste passe rapidement au-dessus d’une rangée de projecteurs qui séquencent comme au stroboscope son lent balancement.  Voilà quelques exemples de l’humour et de la poésie qui parcourent tout du long un spectacle qui a les défauts de ses qualités : la volonté de faire rire, le rythme échevelé et le propos éparpillé  maintiennent parfois le spectateur dans une certaine  distance. Malgré cela, sans tarder, l’inventivité, l’énergie et le talent des artistes emportent l’adhésion. Certaines notes sont même profondément émouvantes, d’autant plus qu’elles touchent à la fragilité de l’humain qu’est ce circassien longtemps transformé en machine. Deux des quatre artistes étant passés par le Conservatoire National d’art dramatique, ce n’est pas non plus un hasard si le collectif rapproche cirque et théâtre, ces deux arts qu’on a longtemps séparés (13- Note sur le décret de 1812 qui interdit la parole au cirque). Ajoutant à cela l’influence des arts plastiques, perceptible ne serait-ce qu’à travers les intitulés des notes, il devient évident que dans son hybridation le cirque se trouve aujourd’hui en pleine révolution. Et que de cette  révolution, Ivan Mosjoukine se fait un  très beau porte-drapeau.

A propos de l'événement

De nos jours [notes on the circus]
du Mercredi 26 septembre 2012 au Samedi 27 octobre 2012
_THEATRE SILVIA MONFORT
Parc Georges Brassens, 106 rue Brancion 756015 Paris
Théâtre Monfort, Parc Georges Brassens, 106 rue Brancion 756015 Paris. Jusqu’au 27 octobre, du mardi au samedi à 20h30. Tél : 01 56 08 33 88. Puis au 104, du 17 au 24 novembre 0153355000.
x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre