La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien Diana Dobreva

Casanova : une quête absolue

Casanova : une quête absolue - Critique sortie Avignon / 2010

Publié le 10 juillet 2008

Très connue en Bulgarie, Diana Dobreva propose sa lecture de l’histoire de Giacomo Casanova, à la fois homme moderne individualiste et homme en quête d’un paradis originel perdu.

Pourquoi vous êtes-vous intéressée à la figure de Giacomo Casanova ?
Diana Dobreva : Casanova représente une version moderne du mythe de Don Juan, mais contrairement à Don Juan c’est une figure historique et non pas une légende. Pendant mon enfance et toute une partie de ma jeunesse j’ai vécu dans un pays communiste. A cette époque nous avions un accès très limité aux productions artistiques des pays de l’Ouest. Mais nous avons pu voir le Casanova de Fellini en cachette, et ce film m’a fortement marqué à travers l’extraordinaire liberté qui émanait du personnage. Il obéissait à sa seule volonté. Je trouvais cela fantastique car il symbolisait tout ce que nous n’avions pas. Depuis la chute du communisme nous avons la liberté mais nous avons perdu une grande richesse spirituelle et une partie de notre imaginaire. Casanova amorce l’évolution de l’Homme dans la société de consommation. Il est véritablement l’un des premiers individualistes de l’Histoire, un des premiers apôtres de l’épanouissement des désirs personnels, du matériel, du plaisir pour le plaisir. Sa vie annonce les bouleversements de la Révolution qui approche.
« J’ai voulu montrer la poésie d’une vie d’Homme sacrifiée à la quête du secret de l’être à travers l’Amour. »
 
Quelles ont été les sources littéraires que vous avez explorées pour votre représentation?
D. D. : J’ai choisi les mémoires de Casanova, cela pour des raisons évidentes, et Le journal du séducteur de l’écrivain et philosophe danois Soren Kierkegaard  (1813-1855). En effet ce dernier porte une attention particulière à l’esthétique comme mode de vie et d’attitude. Il décrit la recherche de l’Esthétique comme le guide qui doit présider aux choix individuels des plaisirs terrestres et pour lui c’est cette recherche qui pousse l’individu vers son plein essor. «L’amour lui-même c’est l’esthétique»…
 
Quel est le paradis originel que vous évoquez dans votre représentation ?
 
D. D. : Dans les textes personnels que j’ai introduit dans le spectacle, notamment les dialogues entre Casanova et le prêtre, entre Casanova et son alter ego l’Intendant et dans le monologue final je cherche à montrer ce qui selon moi était la quête profonde de cet homme. Avec ce spectacle j’ai voulu montrer la poésie d’une vie d’Homme sacrifiée à la quête du secret de l’être à travers l’Amour. Une vie d’Homme qui cherche ardemment à retourner dans un paradis originel perdu, dont nous gardons la mémoire dans nos cellules.
 
En quoi votre pièce constitue-t-elle la mise en forme d’un parcours initiatique de Giacomo Casanova ?
 
D. D. : Casanova part à la recherche de la Beauté. Pour lui la Beauté sur terre est une manifestation de l’existence de Dieu, une parcelle du Paradis qu’il nous est donné de contempler ici bas. Il croit en Dieu mais il n’adhère pas au discours que véhicule l’église sur la Beauté, pour lui elle est ailleurs, elle s’incarne exclusivement dans la beauté de la Femme, des Femmes. Il se lance alors dans une quête frénétique de conquêtes, comme un grotesque carnaval. Il devient un cliché du séducteur. La multiplication de ses conquêtes féminines l’éloigne finalement peu à peu du résultat qu’il espère : trouver l’Amour. Casanova devient une épave, il vieillit et meurt seul. Mais, à l’approche de la mort dans ses dernières pensées, il rencontre la figure de l’Amour Eternel, et fusionne avec l’image de la femme qu’il vénère.

Propos recueillis par Agnès Santi, traduction Joris Vicente


Avignon Off. Casanova, Requiem for Love, de Diana Dobreva, d’après Casanova et Kierkegaard, du 7 au 30 juillet à 22h30 au Théâtre du Chêne Noir, 8bis rue Sainte-Catherine. Tél : 04 90 82 40 57.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes