La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Critique

Brûlent nos cœurs insoumis

Brûlent nos cœurs insoumis - Critique sortie Danse CHATILLON Théâtre de Châtillon
Crédit : Patrick Berger Légende : Des corps contraints d’où brûle la danse de Christian et François Ben Aïm.

Théâtre de Châtillon
Chorégraphie Christian et François Ben Aïm / musique Ibrahim Maalouf

Publié le 22 avril 2017 - N° 254

Une danse du corps et de l’âme pour ce nouvel opus des frères Ben Aïm.  

Ce sont des « hommes en marche » que montrent ici Christian et François Ben Aïm – pour paraphraser le titre d’une de leurs précédentes pièces. On constate en effet que le fil d’une œuvre, commencée il y a maintenant vingt ans, ne cesse d’être déroulé par les deux chorégraphes, interrogeant toujours plus avant la physicalité comme la théâtralité des corps. Avec, ces derniers temps, une attention accrue portée au lien avec la musique. Brûlent nos cœurs insoumis s’inscrit donc dans cette démarche. Il y a dans ces quatre danseurs toutes les interrogations du monde, et principalement dans la scène d’ouverture, magistrale et presque cinématographique, qui nous tient en haleine. Coupés au noir, les corps enchaînent les situations de rencontres, de confrontations, de fuites, de rattrapages, et tentent l’impossible déclaration de leur être au monde et à l’Autre.

A travers l’épreuve de l’autre

La scénographie de Camille Duchemin, tout en épure mais très signifiante, délimite l’espace pour mieux le tendre. Quand les hommes s’en échappent, ils se perdent en heurts : les chorégraphes savent depuis toujours composer leur gestuelle dans la force des chocs, du contact abrupt, de la lutte avec l’autre, dans les chutes au sol et les portés. On s’empoigne, on se saisit, et quand on veut parler, c’est l’empêchement. Fraternelle ? La danse l’est sans doute, mais elle a perdu depuis longtemps sa naïveté et envisage la coexistence dans une négociation continuelle sur la place de l’autre. La musique, signée Ibrahim Maalouf, n’est que plus juste lorsqu’elle ne soumet pas la danse, entre souffle apaisant des solos de trompette et force tellurique de la batterie.

 

Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Brûlent nos cœurs insoumis
du Vendredi 12 mai 2017 au Vendredi 12 mai 2017
Théâtre de Châtillon
3 Rue Sadi Carnot, 92320 Châtillon, France

à 20h30. Tél. : 01 55 48 06 90. Spectacle vu à la Maison des Arts de Créteil.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse