La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Avignon - Entretien / Satchie Noro

Bruissements de pelles

Bruissements de pelles - Critique sortie Avignon / 2016 Avignon Avignon Off. La Belle Scène Saint-Denis à La Parenthese
Crédit : Yumi Rigout Légende : Satchie Noro et Dimitri Hatton dans Bruissements de pelles.

La Parenthèse / Chor. Satchie Noro et Dimitri Hatton

Publié le 26 juin 2016 - N° 245

Satchie Noro est une artiste qui propose des spectacles hors des sentiers battus. Ce sera une fois de plus le cas avec Bruissements de pelles, proposé dans le cadre de La Belle Scène Saint-Denis.

Vous proposez des spectacles atypiques, avec une écriture chorégraphique singulière. Quel parcours vous a amené à composer ces projets hybrides ?

Satchie Noro : Mon parcours a forgé mon écriture. Je suis la première élève de Wilfride Piollet et je traçais une carrière dans la danse classique jusqu’à ce que j’entre au Deutsch Opera à Berlin à l’âge de 16 ans. Là, déçue par l’institution, je me suis tout de suite tournée vers la performance et l’improvisation contemporaines. Le mur de Berlin venait de tomber, celui de mon cadre gestuel discipliné aussi. Dix ans plus tard, j’ai découvert les arts du cirque et j’ai complété, ajouté, composé une écriture très élargie, enrichie par un vécu, avec une sorte de coup de foudre pour ces espaces aériens, cette utilisation d’objets, d’agrès, présents dans le cirque.

Pouvez-vous nous parler de la pièce que vous allez créer dans le cadre de La Belle Scène Saint-Denis ?

S. N. : Bruissements de pelles est un duo avec deux musiciens en « live », Valentin Ceccaldi, batteur percussionniste et Adrien Chennebault, violoncelliste. C’est un spectacle déambulatoire composé à deux, avec Dimitri Hatton. Nous nous sommes rencontrés pour Sheep, une pièce de Mohammed El Khatib. Dimitri a une formation d’acteur burlesque, et dans Sheep, Mohammed nous avait demandé d’inventer quelque chose autour d’une pelle. Nous avons eu le désir de continuer cette aventure, accompagnés par le regard de Mohammed.

« Nous utilisons toutes sortes d’outils agraires avec lesquels nous réinventons des parades amoureuses. »

Quel est le sujet de cet opus ?

S. N. : Nous puisons beaucoup dans nos vies, nos ressentis. Nous utilisons toutes sortes d’outils agraires avec lesquels nous réinventons des parades amoureuses. Ce sont des instruments de séduction face à l’autre, assez absurdes, qui peuvent évoquer les manœuvres nuptiales des oiseaux, des limaces, de toutes sortes d’animaux. Il s’agit de s’amuser avec ce foisonnement pour attirer l’autre, avec ces comportements décalés d’une logique quotidienne.

Quels sont ces outils, et où les avez-vous trouvés ?

S. N. : Ce sont des pelles, masses, haches, fourches, houes. Ils ont été arrachés à leur retraite éternelle du fond des granges familiales, achetés clinquants neufs au hasard des magasins d’outillage. Certains, dont un datant de plus de deux cents ans, ont été importés depuis la forge Takeda Hamono installée depuis 1951 à Niimi, ville du nord-ouest du Japon.

Comment allez-vous organiser la déambulation, à Avignon ?

S. N. : On va commencer dans la rue et emmener les gens dans la cour de La Belle Scène Saint-Denis. Le spectacle est composé de plusieurs séquences qui peuvent s’intervertir ou se recomposer suivant les espaces, et suivant les représentations. C’est aussi un dialogue avec l’environnement, avec l’objet.

 

Propos recueillis par Agnès Izrine

A propos de l'événement

Bruissements de pelles
du Samedi 9 juillet 2016 au Dimanche 17 juillet 2016
Avignon Off. La Belle Scène Saint-Denis à La Parenthese
18 Rue des Études, 84000 Avignon, France

Du 9 au 13 juillet à 10h et du 15 au 17 juillet à 19h. Tél. : 04 90 87 46 81. Durée : 35 minutes.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur Avignon

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur Avignon en Scènes