La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Gros Plan

Bourreaux d’enfants

Bourreaux d’enfants - Critique sortie Théâtre Paris theatre de l'aquarium
Crédit photo : DR Légende photo : Notre Avare, recomposé par Jean Boillot d’après Molière.

Gros plan

« À nos rejetons ! » : tel est le titre de cette saison du Théâtre de l’Aquarium, qui propose, jusqu’à fin avril, quatre spectacles et deux cafés-concerts autour du cycle « Bourreaux d’enfants ! ».

Le Théâtre de l’Aquarium a, dès sa fondation, accordé une place essentielle à la transmission. Par fidélité autant que par conviction, François Rancillac en a fait le thème de cette saison, renforcé en son projet programmatique par le fait que « nombre de textes lus ces derniers temps, de spectacles vus ou de projets en cours tournaient justement autour de cette question ». Les metteurs en scène contemporains revisitent les pièces traitant de la famille et de la place des enfants dans la société : l’Aquarium regroupent quatre propositions scéniques différentes pour essayer d’éclairer cette interrogation du moment. Les 30 mars et 20 avril, à 18h, le quatuor à cordes Leonis interprètera Debussy et Schumann en prélude aux deux soirées d’intégrales des chapitres 1 et 2 du cycle « Bourreaux d’enfants ! ». Le 11 mars et le 15 avril, le cinéma Le Vincennes s’associe à la manifestation avec la projection de Yoyo, de Pierre Etaix, et de Nathalie Granger, de Marguerite Duras.

Quatre spectacles en deux chapitres

Chapitre 1 (du 19 mars au 5 avril) : Modeste proposition concernant les enfants des classes pauvres, d’après Jonathan Swift, adapté par David Gabison et mis en scène par François Rancillac, suivi de L’Homme qui rit, d’après Victor Hugo, adapté et mis en scène par Christine Guênon. Chapitre 2 (du 9 au 28 avril) : La Pluie d’été, d’après le roman de Marguerite Duras, adapté et mis en scène par Lucas Bonnifait, suivi de Notre Avare, recomposé et mis en scène par Jean Boillot d’après Molière. Comment gérer la pauvreté grandissante ? En commercialisant la chair des bébés des pauvres pour nourrir les riches ! Au rire jaune de Swift répond le rictus dessiné au couteau de Gwynplaine, triste héros au milieu des tristes sires. Pourquoi apprendre quand l’école n’enseigne aux enfants « que des choses qu’ils ne savent pas » : l’Ernesto de Marguerite Duras décide de ne plus aller en classe. Comment tuer le père alors qu’il est déjà mort ? Jean Boillot imagine le dîner partagé par les héritiers d’Harpagon dix ans après l’épisode inaugural narré par Molière. Autant de propositions explorant toute la palette du rire, entre gravité et légèreté, pour comprendre que nous ne naissons pas homme et qu’il faut laisser aux enfants la chance de pouvoir le devenir.

Catherine Robert

A propos de l'événement

Bourreaux d’enfants« À nos rejetons ! » : tel est le titre de cette saison du Théâtre de l’Aquarium, qui propose, jusqu’à fin avril, quatre spectacles et deux cafés-concerts autour du cycle « Bourreaux d’enfants ! ».
du Mardi 19 mars 2013 au Vendredi 5 avril 2013
theatre de l'aquarium
Route du Champ-de-Manœuvre, 75012 Paris
Tél. : 01 43 74 99 61. Renseignements sur www.theatredelaquarium.net
Mots-clefs :, , ,

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction