La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Entretien / Philippe Jamet

Avant le ciel

Avant le ciel - Critique sortie Danse Bourges Maison de la Culture de Bourges
Crédit : Patrick Cohen Légende : Philippe Jamet, artiste associé à la Maison de la Culture de Bourges.

Maison de la Culture de Bourges / Atelier de Paris – Carolyn Carlson
Chorégraphie Philippe Jamet

Publié le 21 octobre 2016 - N° 248

Avant le ciel, nous dit Philippe Jamet, il y a la vie ! Dans la lignée de ses précédents Portraits dansés, sa nouvelle pièce interroge l’humain.

Posez-vous sur votre démarche le terme d’enquête, comme dans vos précédentes recherches ?

Philippe Jamet : J’appelle ça des enquêtes artistiques car j’interroge des gens sur une thématique, à partir de laquelle ils me répondent et où on les découvre. C’est la même démarche depuis plusieurs d’années, mais cela finit toujours par être très différent car ce ne sont pas les mêmes questions ni les mêmes personnes interrogées dans les films, et pas le même sujet traité dans les spectacles. Pour ce projet, il ne s’agit pas de portraits, puisque je ne pose en fait qu’une seule question, qui est : « qu’est-ce qui est important pour vous d’un point de vue intime aujourd’hui ? ».

Avec une grande importance au mot “aujourd’hui“, et à la question de l’instant présent qui semble primer dans ce projet…

P. J. : Oui, il s’agit d’aborder ce qui compte  aujourd’hui, sachant que demain ce sera peut-être différent. Les gens cherchent des choses vraiment profondes, et cela donne des sujets très variés. Ils nous livrent des choses d’eux-mêmes : ça parle de désir, ça parle de trace, d’être dans l’instant présent, d’être avec soi-même, d’être dans le collectif. Quand je filme les gens, j’ai une espèce de curseur intérieur qui me dit à quel endroit c’est fort, c’est intéressant, et je sens que la personne est en prise avec quelque chose. Dans ce projet, ils ne répondent pas seulement à une question, ils se mettent en jeu, puisque je les filme dans la ville, ou en en train d’écrire sur papier. Ensuite ils créent un acte artistique qui viendrait comme une réponse. Il y a des mises en scène très rapides, comme de petits actes ludiques et artistiques. Cela donne une chose beaucoup plus directe et brute que dans mes précédents films, car il n’y a qu’une thématique et cela va très vite.

« Qu’est-ce que c’est qu’être vivant, ici et maintenant ? »

Comment envisagez-vous la deuxième partie sur le plateau, est-ce une continuité ?

P. J. : Le spectacle suit le film d’une vingtaine de minutes. Il y a à la fois un dialogue avec le film, une mise en jeu très personnelle des interprètes, et c’est aussi une pièce collective avec mon propre regard sur ce qui me touche, ce qui m’intéresse. Finalement, le projet nous questionne sur ce que c’est que vivre, sur ce qu’est la vie. Qu’est-ce que c’est qu’être vivant, ici et maintenant ?

Et vous ? Pouvez-vous dire ce qui est important pour vous aujourd’hui ?

P. J. : Je n’en sais rien… Peut-être que ce serait être à ma place, partout où je vais. Pas ma place en tant qu’artiste, mais en tant qu’homme. D’ailleurs je ne me considère pas comme un artiste. Je suis quelqu’un qui crée des projets, et qui interroge l’autre, qui le met en jeu. Et de fait cela me met en jeu moi-même.

 

Propos recueillis par Nathalie Yokel

A propos de l'événement

Avant le ciel
du Lundi 7 novembre 2016 au Vendredi 16 décembre 2016
Maison de la Culture de Bourges
31 Rue Henri Sellier, 18000 Bourges, France

Auditorium


Du 7 au 10 novembre 2016 à 20h. Tél. : 02 48 67 74 70.


Théâtre de Sénart, 8-10 allée de la Mixité, Carré Sénart, 77127 Lieusaint. Le 3 décembre à 18h. Tél : 01 60 34 53 60.


Atelier de Paris – Carolyn Carlson, route du champ de manœuvre, 75012 Paris. Du 15 au 16 décembre 2016 à 20h30, et le 15 décembre à 14h30. Tél. : 01 417 417 07.


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse