La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Danse - Agenda

Apparemment, ce qui ne se voit pas

Apparemment, ce qui ne se voit pas - Critique sortie Danse
Crédit photo : Martine Derain Légende photo : Un danseur, dans une rue de Tunis.

Publié le 10 février 2012 - N° 195

Les danseurs de la compagnie Ex-Nihilo révèlent par le corps les mouvements de la ville.

Arpenteurs des secrets paysages de nos villes, Anne Le Batard et Jean-Antoine Bigot se glissent dans le flux et reflux des passants, au creux des anfractuosités de l’architecture ou des axes de circulation. Depuis presque vingt ans, les fondateurs de la compagnie Ex Nihilo insufflent la danse à même la rue et déroutent les routines quotidiennes pour révéler par le corps l’étrangeté de l’espace urbain. « De Marseille à Copenhague, de Casablanca à Tunis, nous avons investi des lieux éloignés du regard, des espaces périphériques, comme décentrés, expliquent-ils à propos de Apparemment, ce qui ne se voit pas, leur nouvelle création Cette recherche sur les seuils, les passages, les toits, les chantiers, au centre ou aux limites des villes pose la question des liens entre l’individu, la ville et les autres. ». Les deux chorégraphes ont collecté des images, photos et vidéos, qu’ils ont ensuite agencées en une pièce qui explore les rapports multiples de l’individu à la ville et aux autres, du corps dansant à l’urbanisme.
 
Gw. D.


Apparemment, ce qui ne se voit pas, conception et chorégraphie d’Anne Le Batard et Jean-Antoine Bigot (Cie Ex Nihilo). Du 21 au 23 février à 20h30. Centre national de la danse, 1 rue Victor Hugo 93507 Pantin. Tél. : 01 41 83 98 98 et www.cnd.fr.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur la Danse

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur la Danse