La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Théâtre - Agenda

Africare

Orchestre symphonique

L’orchestre fondé et dirigé par Dominique Rouits fête ses vingt ans.

Publié le 10 juin 2007

Le Belge Lorent Wanson arrête son vol sur le mythe d’Icare à travers son expérience théâtrale dans la République Démocratique du Congo. Avec six acteurs sur le plateau et différents chœurs filmés, issus des trois régions de Bukavu, Kisangani et Kinshasa.

L’Afrique comme terre et Icare comme mythe, voilà à quoi s’est frotté le metteur en scène belge Lorent Wanson. Une aventure culturelle, artistique, sociale et politique, qui côtoie les réalités de villes congolaises avec leur violence démesurée, la vie quotidienne des artistes et la brutalité vive de l’Histoire en route. Une aventure qui refuse un regard occidental condescendant : « Le bien commun n’est pas une négociation des différences. Il est le chemin compliqué, mais fabuleux, l’épopée d’une prise de conscience que le sens de la vie de l’un ne peut être semblable à celui de l’autre. » Très loin de l’Afrique et du Congo, dans la Flandre du 16ème siècle, Pieter Bruegel l’Ancien peignait la confrontation du mythologique au quotidien en imposant un point de vue. Cette distance par rapport au combat définissait en même temps un autre rapport à l’Histoire, plus proche de l’histoire individuelle des êtres. Le plateau d’Africare est une mer de plumes, un océan de déchets, comme autant d’Icare échoués sur les côtes de l’Europe. Un chœur joyeux de six acteurs congolais, des ambassadeurs qui racontent le danger, la peur, la faim, la souffrance sur une terre sinistrée.

A propos de l'événement



x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Théâtre

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Théâtre