Théâtre - Critique

Le jour du grand jour

Un très beau spectacle par le Théâtre Dromesko. © Fanny Gonin

Le Monfort / Le CENTQUATRE / conception, mes et scénographie Igor & Lily

« Impromptu nuptial et turlututu funèbre » : le Théâtre Dromesko réussit un spectacle merveilleux de poésie, une alchimie impressionniste et un rituel sensible profondément touchants.

Chacun d’entre nous préserve au creux du coeur sa part de grands jours : ceux de la joie et ceux de la tristesse. Avec un époustouflant talent, le Théâtre Dromesko nous convie à une sorte de banquet de l’intime bouleversant, à une traversée poétique de moments cérémoniels contrastés et cocasses. Inaugurations, mariages, enterrements… se succèdent et s’imbriquent, avec un hors champ bien présent. Le dispositif est bi-frontal, et les spectateurs sont installés comme autour d’une vaste table, d’une piste rectangulaire rythmée par les entrées et sorties et toutes sortes de cortèges fantastiques et extravagants. Le mot de poésie n’est pas trop fort, car c’est vraiment l’alliage de tableaux visuels d’une grande beauté, de la musique – superbes accordéon ou violoncelle ! -, de la danse et du jeu qui nous enchante. Sans oublier la truie ronde qui déroule le tapis ou le marabout majestueux dont la lente incursion auprès d’Igor et Lily impressionne. Sans oublier non plus cet entrelacement d’êtres vivants et de mannequins, rappelant les liens entre fantômes et vivants, et la tragique proximité entre la vie et la mort. Même touchée par la mélancolie, l’atmosphère demeure joyeuse et festive, évoquant l’expressivité de l’univers de Bregovic et Kusturica et aussi quelques échos de Pina Bausch – entre fleurs fanées et escarpins féminins qui claquent. Quelques traits d’ironie lorgnent aussi du côté de la satire.

Flamme fragile de la vie

Rien d’explicatif (sauf peut-être un drôle de discours inaugural que vous découvrirez), rien de linéaire, rien de sérieux non plus, comme le souligne le sous-titre de la pièce : « Impromptu nuptial et turlututu funèbre ». Génial oxymore ! Ce qui est à l’œuvre grâce aux neuf interprètes – Igor, Lily, fondateurs de la compagnie, Florent Hamon, Guillaume Durieux, qui signe les textes, Zina Gonin, Violeta, Revaz Matchabeli, Manuel et Valérie Perraudin -, c’est une alchimie qui rassemble les contraires, entre la joie d’être ensemble et le drame de la disparition. La force délicate des sentiments et la flamme fragile de la vie s’étirent comme le voile d’une mariée. Quand le théâtre fonctionne, c’est tout un rituel qui fait sens, gardant à distance le sentimentalisme. Tout sauf formaté voire même complètement délirant, le défilé des mariées à la fin du spectacle forme une boucle infinie, suspendant le temps pour mieux célébrer la vie. Rendez-vous dans la cabane du Monfort !

Agnès Santi

A propos de l'événement

Le jour du grand jour
du Vendredi 15 janvier 2016 au Samedi 30 janvier 2016
Le Monfort
106 Rue Brancion, 75015 Paris, France

à 20h30. Tél. : 01 56 08 33 88. Le CENTQUATRE, 5 rue Curial, 75019 Paris. Du 9 au 20 février 2016 à 20h, relâche les 14 et 15. Tél : 01 53 35 50 00. Puis du 15 au 19 mars 2016 - Théâtre Forum


Mots-clefs :, ,

A lire aussi sur La Terrasse

Théâtre - Critique

Iliade

Pauline Bayle adapte L’Iliade avec une [...]

Iliade : En savoir plus

Recevez le meilleur
du spectacle vivant

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter pour recevoir chaque semaine dans votre boîte email le meilleur du spectacle vivant : critique, agenda, dossier, entretien, Théâtre, Danse, Musiques... séléctionné par la rédaction