La Terrasse

"La culture est une résistance à la distraction" Pasolini

Jazz / Musiques - Entretien

Vers la transextase

Vers la transextase - Critique sortie Jazz / Musiques Paris Centre FGO Barbara
Médéric Collignon retrouve l’Ensemble égyptien Nass Makan. © Philippe Levy-Stab

JAZZ & MUSIQUES DU MONDE / PARIS / SAINT-QUENTIN EN YVELINES

Publié le 26 avril 2016 - N° 243

Le festival La Voix est libre de Blaise Merlin aime à voyager et se démultiplier. Faisant suite à un périple égyptien en 2014, « D’Îles en Nil » met en œuvre la rencontre de l’ensemble de musique égyptien “tradi-moderne“ Nass Makan et de Médéric Collignon (voix, bugle, cornet, électronique), avec aussi Philippe Gleizes (batterie) et Pascal Teillet (basse). Une création à découvrir à Paris et Saint-Quentin-en-Yvelines.

Qu’attendez-vous de ces retrouvailles avec l’ensemble Nass Makan, qui inaugurent le festival ?

Médéric Collignon : La première rencontre s’est déroulée en Égypte, au Caire. Nous répétions dans leur club les thèmes de leur répertoire en incluant de l’improvisation et des arrangements sobres mais puissants. Aujourd’hui, il nous faudra reconquérir nos repères et peut-être en créer d’autres afin d’avoir une matière toujours et encore « vivante » ! Je vais retrouver les voix libres et les regards de perles noires de ces dames qui martèlent leurs tambourins pour conduire le groupe vers la transextase… Et cela n’a pas de prix!

Qu’est ce qui vous rapproche le plus de ces musiciens égyptiens, issus d’une culture musicale très différente de la vôtre ?

Médéric Collignon : Parfois la musique est construite pour la paix et l’amour, parfois elle est fabriquée pour la guerre et la haine… Tout dépend de qui on est. Ici, les musiciens de deux cultures différentes veulent se mêler les uns les autres afin de créer un « arc-en-sons » avec leurs racines musicales respectives. On aime la paix et nos armes font danser…

« Les musiciens de deux cultures différentes veulent se mêler les uns les autres afin de créer un « arc-en-sons ». »

Vous avez souvent été l’invité de « La voix est libre ». Qu’aimez-vous dans ce festival ?

Médéric Collignon : « La Voix est Libre » est une poche de résistance face à la médiocrité des sens. La guerre contre l’intelligence a fait beaucoup de victimes, jusqu’à réduire la culture à une malsaine marchandise. L’on y entend des cascades sonores, des feux d’art-qui-crisse, des explos(i)ons, de la danse qui clowne. Ça crie, ça crée, ça y croît !

Propos recueillis par Jean-Luc Caradec

A propos de l'événement

Vers la transextase
du Samedi 7 mai 2016 au Samedi 7 mai 2016
Centre FGO Barbara
1 Rue Fleury, 75018 Paris-18E-Arrondissement, France

à 20h30. Tél. 01 53 09 30 70. Places : 10 à 12 €.


 Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines. Place Georges Pompidou 78 Montigny-le-Bretonneux. Mardi 10 mai à 20h30. Tél. 01 30 96 99 00. Places : 11 à 21 €.


En deuxième partie à St Quentin : Revolutionary Birds avec Mounir Troudi (Tunisie/chant soufi, poésie), Abdullah Miniawy (Égypte/ Poésie, chant soufi), Erwan Kéravec (cornemuse), Wassim Halal (percussions).


x

Suivez-nous pour ne rien manquer sur le Jazz

Inscrivez-vous à la newsletter

x
La newsletter de la  Terrasse

Abonnez-vous à la newsletter

Recevez notre sélection d'articles sur le Jazz / les Musiques